Simon Boulerice : Souvenirs télé avec fond de lip-sync et odeur de Kraft Dinner

Durant son enfance, Simon Boulerice regardait la télévision “religieusement”.

• Lisez également : “Géolocaliser l’amour” : Simon Boulerice se déplace et reçoit

Ses intérêts étaient variés, allant des classiques québécois aux talk-shows en passant par la lutte ! Des moments intenses, il en a beaucoup vécu !

Simon, quels programmes jeunesse t’ont façonné ?

je suis de la génération passe-partout. Je me sentais comme leur complice : j’avais l’impression que le trio fantasque ne parlait qu’à moi. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour j’écrirais pour elle ! A part ça, je me souviens de deux autres émissions. Suivant, Iniminimagimo, où nous avons revisité des histoires classiques avec créativité et talent. Avec le recul, je suis convaincu que mon roman Javotte a germé quand j’ai vu le sien Cendrillon avec les impressionnantes Louise Lavoie et Christine Séguin. alors Robin et Stella pour l’amitié et ces placards qui communiquaient entre les deux appartements voisins. J’ai longtemps senti les murs de mon placard; la déception de ne pas avoir découvert une porte dérobée me hante encore !

Quels sont vos plus beaux souvenirs télévisuels de votre enfance ?

Regardez certainement la lutte en famille le week-end, mangez du Kraft Dinner. C’était la naissance de mon amour pour le théâtre : j’en ai conclu que tout était scénarisé et réalisé. J’ai adoré la présence hypertrophiée des catcheurs ultra-typiques (gestes de Hulk Hogan, ciseaux de barbier de Brutus Beefcake, lacets fluo d’Ultimate Warrior…) et, mon dieu, qu’ils étaient beaux ! Sauf pour le colossal Undertaker qui m’a fait peur. j’ai aussi regardé attentivement chambres en ville et j’ai adoré le personnage de Lola. Je trouvais intelligent de l’aimer plus qu’Annick qui était plus mignonne. J’étais essentiellement fasciné par Anne Dorval.

See also  VIDÉO. Après l'effondrement de leur maison, les résidents du Chemin des Bourdettes 126 attendent des réponses

Y en a-t-il un qui se démarque plus que les autres ?

Mais mon souvenir le plus incroyable est mon amour pour Talk shows que j’ai regardé avec ma mère. Sonia Benezras était ma préférée. Mon moment de bonheur absolu : Un jour, vers 1992, Fabienne Thibeault est venue chanter Calcul dans l’émission, mais sa voix est rauque. Elle doit revenir au début – a capella ! – deux fois avant que le gros chat maudit ne sorte de sa gorge ! Thibeault demande si c’est en direct. Sonia, désolé, dit oui. Et moi, regardant la scène, fasciné par le « live bêtisier » : « Maman, ça ne va pas, madame, hein ? À ce jour, c’est le plus grand moment télé de ma vie : la vulnérabilité dans toute sa splendeur.

Y a-t-il un personnage qui vous a influencé ?

Pas un personnage comme tout le monde : Karine Vanasse et ses deux “lip syncs” impressionnants au club de 100 watts. Illégal par Marjo des mots qui résonnent par Céline. Je l’ai trouvée tellement précise et charismatique. J’étais terriblement jalouse d’elle. Je voulais tellement lip sync dans la vie! Je pense donc qu’Ariel Charest vit la vie que j’aurais aimé avoir.

Que pensez-vous de la télévision jeunesse d’aujourd’hui ?

Je le trouve plus inclusif que jamais. Et ça se déploie de toutes parts. Par exemple, la joie que j’aurais eue de voir Drag Queen Barbada m’a fait découvrir des instruments de musique !

séries géolocaliser l’amourAdaptation du roman de poésie de Simon Boulerice, est offerte sur ICI Tou.tv Extra, où vous pourrez également visionner la deuxième saison de six degrésune autre série de l’auteur.

See also  [DIRECT] Quatre Français se sont qualifiés pour la deuxième manche du Grand Prix CSIO 5* La Baule !

Leave a Comment

x