Rénovée à Besançon, cette statue de Victor Hugo fait polémique

CONTROVERSE – A Besançon, une statue placée il y a vingt ans est au centre d’une polémique. Ce monument, abîmé par le temps et l’oxydation et représentant Victor Hugo, né dans la commune du Doubs, a dû être rénové. Mais après sa guérison, certains jugent maintenant la couleur de son visage” trop sombre ». Y compris des élus d’extrême droite qui ont alimenté la polémique et ont attaqué la maire Anne Vignot sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter, l’eurodéputé et responsable de la reconquête Gilbert Collard parler de ” Le vert a conduit la folie et affirme que ” La mairie EELV de Besançon érige une statue noire de Victor Hugo contre la volonté de la veuve de l’artiste “.” La ville de Besançon a décidé de repeindre la statue de Victor Hugo en noir pour s’inscrire dans la tendance du progressisme ambiant. La blancheur littéraire devient un crime », ajoute pour sa part, Philippe de Villiers.

Dans la nuit du 20 au 21 novembre, la statue a même été détruite, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en haut de l’article, le visage de l’écrivain recouvert de peinture blanche. La ville de Besançon a annoncé avoir porté plainte et que des barrières avaient été mises en place pour protéger les travaux.

Face à ces attaques, Anne Vignot un “présomption de racisme”. Dans une conférence de presse organisée ce mardi 22 novembre, le maire de Besançon a tenu à rappeler “Les valeurs de la république, aux côtés de Victor Hugo, sont la liberté, l’égalité, la fraternité, la solidarité et, surtout, l’antiracisme. »

Une restauration fidèle au travail d’Ousmane Sow

La statue a été placée sur la promenade des droits de l’homme dans la ville du Doubs en 2003. Son auteur, le sculpteur sénégalais Ousmane Sow, décédé en 2016, a choisi une patine bronze foncé pour son œuvre. Des photos d’archives de 2002 montrent que la statue originale n’avait pas la peau claire lorsqu’elle a été érigée. La fonderie Coubertin chargée de la restauration a opté pour une restauration patinée similaire pour rester fidèle à l’œuvre colorée du sculpteur.

Pourtant, dans l’Est Républicain, Béatrice Soulé, l’agent et veuve d’Ousmane Sow évoquée par Gilbert Collard dans son tweet, note une différence entre la version restaurée et la version originale : ” On dirait un Victor Hugo noir, ce qui n’a jamais été l’intention d’Ousmane. »

Cependant, après la polémique, elle a précisé que la rénovation de la statue n’était pas encore terminée et qu’il était normal que les couleurs ne soient pas exactement identiques car elles provenaient de l’oxydation du bronze. « Le patineur est obligé d’interpréter un peu. Il travaille le bronze pour que sa patine soit permanente » elle a déclaré France 3 Franche-Comté.

Lors de la conférence de presse de mardi, le directeur de la fonderie, Christophe Béry, a expliqué que la patine initiale avait presque complètement disparu et que la restauration n’avait permis que de redonner à la statue ses couleurs d’origine. Espérons que la finition de la patine ne s’accompagne pas d’une nouvelle couche de racisme.

Voir aussi sur Le HuffPost :

Leave a Comment