Raquel Garrido et Alexis Corbière du Point impliqués : la polémique expliquée en cinq étapes

l’essentiel
Peu après avoir publié un article dans Le Point mercredi 22 juin, dans lequel ils étaient accusés d’exploiter une femme de ménage sans papiers, Raquel Garrido et Alexis Corbière avaient démenti : “Tout est faux”. L’article a depuis été supprimé et le magazine était en ébullition.

Le journal hebdomadaire Indiquer est en émoi après la publication sur son site d’un article mis en cause par le couple de députés LFI Raquel Garrido et Alexis Corbière, qui a finalement été retiré jeudi 23 juin pour “erreurs et violations”. Peu après la publication de cet article, dans lequel ils étaient accusés d’avoir exploité une femme de ménage sans papiers, le couple Insoumis a démenti dans un communiqué : “Tout va mal”.

Retrait d’article et excuses du Point

L’article affirmait notamment que le couple Garrido-Corbière avait exploité une femme de ménage algérienne sans papiers qu’ils n’avaient pas déclarée.

Fait très rare, l’article a finalement été retiré le lendemain de sa publication. “Les vérifications supplémentaires que nous avons effectuées nous ont montré que des erreurs et des manques de précautions avaient été commis”, a reconnu le directeur. Indiquer, Etienne Gernelle, dans un message publié sur Twitter et sur le site du magazine. “Nous nous excusons sincèrement et sincèrement auprès de Raquel Garrido et Alexis Corbière et auprès de nos lecteurs”, a-t-il ajouté, notant qu’une enquête interne est en cours “pour comprendre ce qui s’est passé”.

Le couple réclame des sanctions

Les excuses ne suffisent pas pour le couple qui agit rapidement. “J’exige le renvoi immédiat” du journaliste, auteur de l’article, Aziz Zemouri, a tweeté Mme Garrido. “Je ne m’arrêterai pas là. (…) Ma famille a trop souffert. Les dégâts causés sont indélébiles”.

acte de celui-ci. J’exige la libération immédiate de@azizzemouri1.
Je ne m’arrêterai pas ici. Je ne peux pas lui pardonner d’avoir attaqué nos enfants. Ma famille a trop souffert. Les dégâts causés sont indélébiles.
Je remercie les citoyens et les journalistes qui ont aidé à démanteler la calomnie. https://t.co/N1DQawsG94

— Raquel Garrido (@RaquelGarridoFr) 23 juin 2022

Son mari est également d’avis qu’il “faut imposer des sanctions” : “L’honneur du métier (du journalisme, ndlr) et la confiance que les citoyens accordent à la presse sont en jeu”, a déclaré Alexis Corbière, également sur Twitter.

Le rédacteur en chef s’excuse et retire l’article @Indiquer.
C’est-à-dire.
Mais ça ne peut pas s’arrêter là. Toute la profession est concernée. Il en va de l’honneur de la profession et de la confiance que les citoyens accordent à la presse.
Des sanctions doivent être imposées. pic.twitter.com/oYy0tRCCI5

— Alexis Corbière (@alexiscorbière) 23 juin 2022

La réponse du journaliste Aziz Zemouri

Joint par l’AFP, Aziz Zemouri a déclaré : « Je suis convaincu de l’exactitude des faits. Après cela, j’espère pouvoir démontrer davantage, mais je suis sûr et sûr de mes informations.” Interrogé sur les termes “échecs” et “lacunes” utilisés par la haute direction Indiqueril a répondu: “C’est l’opinion de la direction, pas la mienne.”

See also  "Mon idée de l'association n'est pas celle d'une locomotive devant des wagons"

En juin 2021, Indiquer et Aziz Zemouri avaient été condamnés pour diffamation en vertu d’un article de ce dernier. Il a appelé l’ancienne actrice de “Call Girl” Sand Van Roy, qui a accusé le cinéaste Luc Besson de viol et d’agression sexuelle.

Fausses captures d’écran SMS

Dans deux articles publiés jeudi 23 juin, le site d’investigation Mediapart et le service de vérification des informations de publicationCheckNews, a contredit les affirmations de Indiquer. La veille, Aziz Zemouri avait posté sur Twitter des captures d’écran du prétendu SMS sur lequel il s’appuyait. Cependant, l’authenticité de ces captures d’écran a été remise en cause par des spécialistes du numérique, dont le journaliste de Télérama Olivier Tesquet.

Grosses erreurs de conjugaison, photo de profil identique à celle de son compte twitter, cet échange a-t-il été authentifié ? ? https://t.co/vjWVhbAdA1

—Olivier Tesquet (@oliviertesquet) 22 juin 2022

Deux plaintes en préparation

L’avocat du couple, Me Xavier Sauvignet, a indiqué à l’AFP qu’il préparait deux procès, l’un pour diffamation publique et l’autre contre X pour faux et usage de faux et usurpation d’identité. Immédiatement après sa publication, l’article a été massivement repris sur les réseaux sociaux par des opposants politiques au couple de députés Nupes-LFI.

Dans un contexte de défiance massive et persistante du public envers la presse, cette affaire nuit à l’image de l’hebdomadaire. « Toute l’équipe éditoriale est profondément affectée par la violation des règles élémentaires de déontologie journalistique », a déclaré la Société des rédacteurs en chef (SDR) du Point dans un communiqué.

Leave a Comment

x