Qui est José Gonzalez, nouveau doyen de l’Assemblée nationale ?

Doyen d’âge de l’hémicycle à 79 ans, le tout nouveau député des Bouches-du-Rhône élu sous les couleurs de l’Assemblée nationale, ouvrira mardi la première séance du Palais-Bourbon, comme le veut la tradition.

La vedette de l’Assemblée nationale ce mardi après-midi sera José Gonzalez, le nouveau député élu à l’Assemblée nationale. Traditionnellement, à 79 ans et avec son statut de Doyen de l’Hémicycle, il s’assiéra au poteau alors que les eurodéputés monteront un à un dans les tribunes pour déposer un bulletin dans l’urne et élire leur nouvelle Présidente, Yaël Braun-Pivet. Retour sur la carrière de ce parlementaire proche de Jean-Marie Le Pen.

“Il est un peu décalé. La plupart d’entre nous soutiennent Marine Le Pen. Il est différent », a déclaré un jeune élu RN à BFMTV.com, résumant le sentiment dans les rangs du parti.

Employé de Jean-Marie Le Pen

Élue le 19 juin dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône, surnommée en interne “la maudite” car elle n’a jamais porté chance au RN, José Gonzalez est tout sauf un inconnu dans le parti.

Il a rejoint le Front national dans les années 1970 après avoir rencontré Jean-Marie Le Pen. Les mots du tribun savent séduire ce Pied Noir, né à Oran et venu à Marseille en 1962 à l’âge de 19 ans suite aux accords d’Evian.

“C’est la politique qu’il menait pour l’avenir de la France qui m’a séduit. J’étais à peu près d’accord avec toutes les idées, donc je me suis rangé du côté de lui tout en restant à ma place sur mon territoire”, a déclaré le député à Europa 1.

Après avoir débuté sur le marché à terme du port de Marseille puis dirigé une auto-école, le jeune homme intègre la Chambre de Commerce où il fera la suite de sa carrière.

See also  Accident d'hydravion de Shawinigan : Le pilote était seul dans son hydravion qui s'est écrasé

Un pur sucre de Provence

Au début des années 1980, José Gonzalez accède au Front national en dirigeant la section des Bouches-du-Rhône. Le père de deux enfants s’est présenté à plusieurs reprises sous les couleurs du parti, d’abord aux élections municipales à Allauch, où il a été conseiller municipal pendant 24 ans, puis en 2015 comme conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’ Région d’Azur.

Il a également aligné ses démarches sur celles du parti, déclarant en 2016 avec un chercheur en sociologie politique que “si l’islam reste modéré, il n’a pas trop de problèmes, mais il y a toujours des problèmes”.

Sur place, les habitants évoquent leur profil d’élus confirmés.

“Il nous écoute toujours, il plaisante, il cherche les petits tracas du village”, raconte un habitant de la commune du nord de la ville de Marseille au micro de BFM Marseille.

Amoureux des Bouches-du-Rhône, cet amoureux des voyages en mer est aussi un grand amateur des personnages provençaux dont la foire Allauch organise chaque année à l’occasion du marché de Noël.

“J’ai été porté par les vents de l’histoire jusqu’aux rivages de Provence”, raconte-t-il avec lyrisme à l’AFP.

“Quelqu’un qui nous ressemble”

De quoi séduire les électeurs en recueillant 59,62% des suffrages face à Marina Mesure, candidate du Nupes de 32 ans, pour sa toute première campagne. Le député sortant François-Michel Lambert, élu sous les couleurs d’En Marche en 2017, avait par la suite quitté le parti macroniste et ne s’était pas représenté.

José Gonzalez n’est pas le seul à cartonner dans le département. Le RN parvient à faire élire 6 députés sur 16. Pour expliquer son succès électoral, ses proches invoquent sa personnalité.

“C’est une vraie personne et c’est quand même un local qui nous ressemble”, assure Kévin Rahou, son directeur de campagne à BFMTV Marseille.

Pas tenté par Zemmour

Son score et celui de son concurrent, en revanche, fonctionnent comme un miracle. Stéphane Ravier, seul sénateur élu sous l’étiquette RN, quitte le parti en trombe pour rejoindre Reconquête, entraînant l’explosion du groupe RN à la mairie de Marseille.

See also  Nouvelle canicule en France à partir de lundi

Pourtant, l’idée de rejoindre Éric Zemmour ne lui a jamais traversé l’esprit, jure José Gonzalez.

“Pourquoi l’aurais-je fait ? Avec Marine, les bases sont toujours là, même s’ils ont un peu édulcoré leur langage”, raconte le septuagénaire à France 3 Provence.

un mentor

Durant son mandat à l’Assemblée nationale, le nouveau député entend endosser le rôle de mentor, alors qu’une vingtaine de membres du groupe n’ont jamais exercé de mandat.

« Je peux apporter sagesse et expérience. Nous pouvons parler aux jeunes parce que nous étions jeunes et nous pouvons parler aux personnes âgées parce que nous sommes l’un d’entre eux. Je me sens la force d’aller jusqu’au bout et d’affronter les fonctions que les électeurs m’ont confiées, même si je sais que je n’ai pas été perdrix de l’année”, confie-t-il à Europe 1.

Ce ne sera pas la première fois que le RN grimpera au poteau. Lorsque le parti de Jean-Marie Le Pen réussit à former un groupe parlementaire en 1986, l’un de ses députés, Edouard Frédéric-Dupont, avait ouvert la session à l’âge de 84 ans.

Leave a Comment

x