Que vaut la saison 3 de la saga italienne ?

Le merveilleux ami revient sur Canal+ dans une délicieuse troisième saison qui met en lumière les luttes d’adultes des deux héroïnes, désormais combattues par tout.

La suite sous cette annonce

La saga italienne Le merveilleux ami revient sur Canal+. Place à la saison 3 et ses huit nouveaux épisodes ! Dans cet avant-dernier volet de cette série intense, adaptée des romans à succès de la mystérieuse Elena Ferrante, les deux meilleures amies sont désormais adultes et rongées par les grands combats des années 70. L’histoire reprend là où nous l’avions laissé Fin de la saison 2 : Elena (Margherita Mazzucco) revoit Nino lors de la présentation de son livre et toujours aussi inquiète de sa présence alors qu’elle s’apprête à devenir l’épouse de Pietro Airota, le fils d’un brillant professeur d’université. De votre côté, Lila (Gaïa Girace) travaille toujours dans l’usine de charcuterie de Naples, où elle souffre de sexisme, de harcèlement et de travaux pénibles au point d’affaiblir sa santé. Dans cette saison, sous-titrée “Fuyez, restez”, la rivalité entre les deux amis laisse place à l’entraide et à la belle complicité.

Combats des années 70

On retrouve dans cette saison 3 tous les éléments qui font le sel de la série, dessiné en fresque aussi conviviale qu’intimiste. Bien ancré en Italie avec des milieux naturels qui nous transportent de Milan à Naples en passant par Florence, Le merveilleux ami comme les saisons précédentes, des émotions fortes se préparent. Souvent jetés dans des polémiques tendues, les protagonistes semblent plus exposés que jamais à la violence de leur époque – l’Italie des années de plomb – où communistes et fascistes se livrent une véritable guerre. Les deux amies, désormais issues de deux milieux différents – Elena est une intellectuelle de la classe moyenne, Lila une femme de la classe ouvrière – leurs combats rencontrent leurs aspirations de femmes à créer leur propre vie et à s’émanciper du patriarcat. Cette saison s’annonce plus moderne que jamais.

See also  Pourquoi les jeunes fans de Britney Spears sont inquiets - gacialisdtiyk.com

Une histoire mieux filmée, des actrices intenses

Si l’histoire est serrée, elle n’en est pas moins bien filmée. Entre les saisons 1 et 2 et la saison 3, le réalisateur a changé et on le voit : Daniele Luchetti (multiples récompenses dans Donatello, l’équivalent des Césars en Italie) a remplacé Saverio Costanzo. Le réalisateur du film Le porteur de serviette apporte une caméra aux mouvements plus fluides, une photographie plus moderne et sait diriger ses acteurs pour leur donner l’illusion d’une plus grande maturité. Les deux comédiennes, jouant des partitions très différentes, adhèrent parfaitement au scénario. Margherita Mazzucco livre une performance qui est loin de l’adolescente timide et complexe sur la plage d’Ischia, tandis que Gaia Girace apporte des accents plus doux et plus malades à son rôle de Lila.

Leave a Comment