pourquoi le réchauffement climatique affecte sa gravité et sa durée

Ça gratte la gorge, ça brûle les yeux, ça fait éternuer… Après le pollen des arbres, comme les bouleaux, le pollen des graminées, comme le blé, s’est répandu dans toute la France à la mi-mai. Cette saison, qui commence au printemps et dure jusqu’à l’automne, est synonyme d’allergies (parfois très sévères) pour environ 20 % des enfants et 30 % des adultes français. Franceinfo explique pourquoi cette saison des allergies est exacerbée par la crise climatique.

Parce que la saison pollinique s’allonge

Pour le moment, la saison pollinique est assez régulière, constate Samuel Monnier, responsable de la communication du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), interrogé par franceinfo. “Parfois c’est un peu plus tôt, mais à la sortie de l’hiver ce n’est que quelques jours”, il remarque. Il arrive aussi que la saison pollinique soit prolongée. Ce fut le cas en 2020, note-t-il. Une période de chaleur “extrêmement remarquable” Septembre produit un pic de production de pollen d’herbe à poux à la mi-septembre, alors qu’il se produit normalement à la mi-août.

Mais Dina Kabirova, allergologue dans le 5e arrondissement de Paris, confie à franceinfo qu’elle a déjà constaté un allongement relatif de la saison pollinique, propice aux allergies. “Parfois, cela commence dès la fin janvier, par exemplet se termine début octobre”elle constate et précise que les épisodes provoquant des pics de consultations restent majoritairement “entre mars et juillet”.

En raison du réchauffement climatique, l’allongement de la saison pollinique sera particulièrement important et visible d’ici la fin du siècle, selon une étude publiée dans la revue en mars communication nature. En 2100, cette période pourrait commencer jusqu’à 40 jours plus tôt, se terminer 19 jours plus tard et entraîner une augmentation de 40 % de la production de pollen. “Les patients seront gênés plus longtemps, les effets seront parfois plus sévères”, prévient Dina Kabirova. Il est impossible pour le professionnel d’entrer dans les détails car cela dépend de chaque patient et de son mode de vie. Cependant, elle insiste sur cette idée : “Plus une allergie dure longtemps, plus elle cause de dommages.”

Parce que les plantes au pollen hautement allergisant se déplacent

Avec le réchauffement de la surface terrestre, des plantes ou des arbres conquièrent de nouveaux territoires et se déplacent vers le nord, à l’image des bouleaux déjà présents dans le nord de l’Europe et en France. Le phénomène se produit également chez les plantes que l’on trouve normalement plus au sud, comme le cyprès, qui provoquent également de nombreuses allergies.

See also  quatre grands favoris au début du tournoi

L’implantation de l’ambroisie, plante exotique envahissante originaire d’Amérique du Nord et hautement allergène, est également surveillée de près. « Un peu plus au nord, on commence à avoir des allergies à l’ambroisie. Quand le climat change, l’environnement change et avec lui les allergies., a commenté franceinfo au sujet de l’allergologue Sophie Silcret-Grieu. L’ambroisie est donc désormais présente en Savoie, note le RNSA, alors qu’auparavant elle n’était pas du tout observée en altitude.

Cependant, cette traduction des plantes rencontre des obstacles. Si l’évolution de l’ambroisie en France est préoccupante, le RNSA note que sa conquête du nord est bloquée notamment par la “photopériode”, le rythme de l’alternance entre le jour et la nuit. Si elle se reproduit dans le sud, l’herbe à poux ne peut pas produire de graines dans le nord, a écrit revue française d’allergologie en mai 2021.

Parce que plus de pollen est produit et qu’ils sont plus allergènes

La hausse des températures liée au réchauffement climatique entraîne une plus grande production de pollen par les plantes, souligne Samuel Monnier. C’est le cas par exemple du bouleau qui a été étudié par l’Observatoire national des effets du réchauffement climatique (Onerc). Pour cet arbre responsable de nombreuses allergies du nord de la France à la région Auvergne-Rhône-Alpes, “Depuis plus de trente ans, la quantité de pollen augmente parallèlement à la courbe de température” dans six villes de France, note Samuel Monnier. “Le changement de température n’a conduit qu’à une augmentation de la quantité de pollen de bouleau émis et donc à une augmentation des allergies”écrit l’observatoire.

See also  Présentation et profil de la 15e étape

Le dioxyde de carbone (CO2), gaz à effet de serre majeur dont les émissions mondiales ont explosé du fait des activités humaines, a un impact important sur le pollen. L’augmentation de sa concentration dans l’air favorise la croissance des végétaux qui absorbent ce gaz, avec une double conséquence : “Plus de pollen est produit, un pollen plus allergisant”explique à franceinfo Samuel Monnier.

Cette observation a été faite notamment avec l’ambroisie. Pour cette plante qui provoque de nombreuses allergies, “La quantité d’allergènes par grain de pollen est en corrélation avec la concentration atmosphérique en CO2”écrivaient Marie Choël et Nicolas Visez, deux scientifiques membres de l’Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique (APPA), dans un article publié sur le site The Conversation en 2019, faisant référence à cette étude (en anglais) paru l’année dernière.

Parce que la pollution de l’air fragilise les voies respiratoires et favorise la libération de pollen

Le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique sont “étroitement liés”, écrit Santé publique France. Le CO2 n’est pas le seul polluant en cause. “Certains des polluants atmosphériques sont également des gaz à effet de serre et contribuent au changement climatique, comme l’ozone”, explique le département de la santé. Cependant, la pollution de l’air affecte les allergies de plusieurs façons. “La pollution irrite directement les voies respiratoires et favorise le pollen”, explique l’allergologue Dina Kabirova. Résultat : “Les allergies surviennent plus facilement.” Ce phénomène, l’allergologue regarde le “beaucoup en ville, surtout pour les personnes qui se déplacent en moto ou en scooter par exemple”.

L’autre effet de la pollution de l’air n’affecte pas le corps humain mais les grains de pollen. Il les attaque, affaiblit leur mur et leur permet de libérer plus de matériel. “Un grain de pollen est un peu comme un grain de poivre, il est entouré d’une coquille appelée exine, qui est ouverte par des produits chimiques dans l’air. Le grain libère donc une plus grande quantité de substances allergènes.”l’allergologue Patrick Rufin a expliqué à France 3 Ile-de-France.

See also  Résultat du tirage au sort du mardi 12 juillet 2022 [EN DIRECT]

Parce que le développement d’une première allergie ouvre la porte à d’autres

Avec le réchauffement climatique, il y a un risque que le nombre de personnes souffrant d’allergies augmente et qu’une augmentation des allergies soit observée. LL’allergologue Sophie Silcret-Grieu a décrit ce cercle vicieux sur franceinfo. « Le pollen de bouleau est allergisant simplement parce qu’il est très abondant car les bouleaux ont été massivement plantés et c’est un pollen surreprésenté dans la moitié nord de l’Europe. C’est pour être allergique au bouleau, mais vous êtes à haut risque d’allergies au pollen de graminées, à l’armoise, au chat, à l’arachide”, a expliqué ce spécialiste du Centre de l’asthme et des allergies de l’hôpital Trousseau à Paris. Et pour souligner : “La prédisposition allergique ne nous dit pas à quoi nous serons allergiques, elle nous rend simplement susceptibles de développer certaines allergies.”

Face à cette aggravation de la situation des personnes allergiques et sensibles, le RNSA propose quelques conseils pratiques : aérez le logement avant et après le coucher du soleil, rincez-vous les cheveux avant de vous coucher, évitez de faire sécher vos vêtements à l’extérieur, gardez les vitres des voitures fermées, évitez de faire du sport pendant pics polliniques, suivez votre traitement ou consultez un allergologue si ce n’est déjà fait. Le réseau rappelle également que le port du masque peut aussi protéger les voies respiratoires, tout comme le port de lunettes peut protéger les yeux, une muqueuse sensible pour certaines personnes.

Leave a Comment