Ottawa | Le Sénégal accuse la police de Gatineau d’avoir tabassé un de ses diplomates

(Gatineau) Le Sénégal accuse la police canadienne d’avoir « passé à tabac sauvagement » l’un de ses diplomates en début de semaine. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) affirme plutôt avoir fait face à « une personne agressive » qui aurait blessé deux policiers.

Publié à 10h28

Dans un communiqué de presse publié jeudi, le ministère sénégalais des Affaires étrangères fait état d'”un raid de violence rare par la police canadienne le 2 mars”.

Le document indique qu’elle a été “menottée et brutalement battue jusqu’à ce qu’elle ait des difficultés à respirer, ce qui a conduit à son évacuation en ambulance vers l’hôpital”.

Dans un communiqué publié vendredi soir, le SPVG explique que les policiers « aidaient un huissier à un titre exécutoire » mardi vers 13 h 30.

La personne était “agressive et refuse de coopérer”, la police est intervenue pour expliquer la démarche. Un “officier de police a été touché au visage et blessé”, a-t-il précisé.

“La police a alors décidé d’arrêter la personne pour arrêter le crime pour la protection des personnes présentes. La personne a résisté à son arrestation et a mordu un deuxième agent. La personne a ensuite été amenée au sol pour être contrôlée », explique le SPVG.

L’huissier a alors pu donner ses ordres tandis que la personne était “tenue sous la surveillance d’une policière à l’arrière de la voiture de police”.

« À aucun moment, la personne n’a mentionné lorsqu’on lui a demandé qu’elle avait été blessée ou qu’elle avait mal », ajoute le SPVG.

Les ambulanciers ont agressé la même personne vers 15 h et ont appelé le SPVG à l’aide, a indiqué le service de police.

See also  "On est assis sur le tapis d'Aladdin" : l'aventurier Franky Zapata dévoile "Jet Racer", sa voiture volante

Le Sénégal accuse la police de “violences physiques et morales dégradantes”. [sur la diplomate]devant témoins et en présence de ses enfants mineurs ».

Le pays a déclaré avoir convoqué jeudi le chargé d’affaires de l’ambassade du Canada à Dakar au ministère sénégalais des Affaires étrangères. “Une note de protestation a été signifiée aux autorités canadiennes”, a-t-elle ajouté.

Le gouvernement sénégalais demande une enquête et des poursuites contre les auteurs de cette attaque. Il affirme qu’il s’agit d’une “violation flagrante de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques”.

De son côté, le SPVG souligne avoir interpellé les autorités étatiques et fédérales. Un dossier a été « déposé auprès du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour porter des accusations de voies de fait contre un agent et d’entrave au travail des policiers ».

« Compte tenu du contexte et de l’allégation selon laquelle une personne aurait été blessée lors de l’opération policière, la direction du SPVG a discuté de la situation avec le ministère de la Sécurité publique », a ajouté la direction de la police.

“Parce qu’il pourrait y avoir un procès”, le SPVG a annoncé qu’il ne commenterait pas davantage et qu’il participerait à un dossier ou à une enquête ultérieure.

Affaires mondiales Canada n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de La Presse canadienne.

Leave a Comment