“On a pu montrer la violence qu’on subit au quotidien”

contreDes cyclotouristes en tenues solidaires et une foule de caméras sur les marches du palais de justice de Saintes (17), ce jeudi 23 juin. L’association Mein Fahrrad ist ein Leben a réussi un coup : donner une importance nationale à une affaire tranchée par le tribunal correctionnel. Mardi 11 janvier, un cycliste croise un camion benne sur une route de campagne dénudée à Semussac, près de Royan (17). Il fait un geste pour dire au conducteur de ralentir, qu’il voit comme un majeur. Le conducteur se retourne avec colère.

Sur le même sujet

Charente-Maritime : La vidéo d'un cycliste tondu et battu postée comme un électrochoc

contreDes cyclotouristes en tenues solidaires et une foule de caméras sur les marches du palais de justice de Saintes (17), ce jeudi 23 juin. L’association Mein Fahrrad ist ein Leben a réussi un coup : donner une importance nationale à une affaire tranchée par le tribunal correctionnel. Mardi 11 janvier, un cycliste croise un camion benne sur un chemin de campagne dénudé à Semussac, près de Royan (17). Il fait un geste pour dire au conducteur de ralentir, qu’il voit comme un majeur. Le conducteur se retourne avec colère.

« J’ai reconnu le bruit de la benne à ordures. J’étais tout seul, je ne pouvais pas me sauver. J’ai eu l’idée de déclencher ma caméra”, raconte la victime à la barre. Les images sont terribles. On voit le camion reculer et le vélo voler dans les airs. Le chauffeur apparaît. “Je vais te tabasser”, crie-t-il et passe à l’action, accompagné de son fils. Avec le nez et deux doigts cassés, le cycliste reste traumatisé. “J’avais trop peur. La confiance est partie. En ce moment, j’ai du mal à revenir à la normale. Je ne voyage plus seul. »

Un prévenu dans le déni

Le chauffeur, Christophe Denis, affirme avoir vu rouge à cause d’un majeur. « Vous n’allez pas tabasser tous les chauffeurs ? demande le président. “Je suis d’accord avec vous, nous devons faire du travail social”, répond l’accusé, qui se présente en bon père de famille, ouvrier et chauffeur. S’il a été violent, c’est parce que le cycliste « tenait la jambe de mon fils ».

Teodoro Bartuccio et Me Benezra aux côtés des cyclistes de Charente-Maritime.


Teodoro Bartuccio et Me Benezra aux côtés des cyclistes de Charente-Maritime.

Jean-Christophe Sunalet / “SUD-OUEST”

Le président Pierre Martello est en colère contre ses “mensonges” et ses réactions négatives. Aux gendarmes venus le placer en garde à vue, il s’est fait passer pour une victime et a assuré que le cycliste avait “regardé mon fils la tête baissée comme un taureau” et qu’il était “un fou qui mérite d’être tué”. ” cherche de l’argent. Silver”. Face aux photos, il clame : “Je suis formel, je n’ai pas touché au vélo”. S’il exprime un “regret” à la fin, il n’a pas de mot pour la victime.

“Sensibilisation”

« Ce processus est symbolique. C’est la première fois que nous avons des preuves de cette qualité dans un dossier. C’est généralement mot pour mot”, explique Me Benezra, présidente de la commission juridique de Mon vélo c’est une vie. Le club n’a pas pu se constituer partie civile mais soutient la victime qui lui a envoyé sa vidéo. “Je suis toujours gêné par les procédures qualifiées de symboliques”, répond M.e François Dragon pour la défense. Il admet les coups, pas ce qui s’est passé juste avant. « Il a dû tomber pour éviter le choc. »

Un rassemblement a eu lieu sur les marches du palais de justice avant le procès.


Un rassemblement a eu lieu sur les marches du palais de justice avant le procès.

Jean-Christophe Sunalet / “SUD-OUEST”

Le parquet maintient la qualification de “violence intentionnelle avec ITT pendant plus de huit jours (trente jours en l’occurrence) lors d’une réunion d’armes à feu”. “Il y a zéro développement”, déplore Anne Couplan, qui réclame trois ans de prison dont deux avec sursis, le retrait du permis avec deux ans d’interdiction de repasser et diverses obligations de soins. Le tribunal la suit dans sa décision. “L’examen consciencieux de la vidéo nous a convaincus de l’intention de violence”, coupe Pierre Martello.

« Ce processus est symbolique. C’est la première fois que nous avons des preuves de cette qualité dans un dossier. C’est généralement mot pour mot.”

Me Benezra se félicite d’une décision qui « devrait nous aider à lutter contre le refus de certains automobilistes. Grâce à la caméra, nous avons réussi à montrer l’intention de frapper le cycliste. Les pénalités sont généralement assez faibles. Ensuite, nous avons la prison. » « Si la justice en a les moyens, elle prononce les sanctions adaptées à l’infraction. Nous avons pu montrer la violence que nous vivons au quotidien. A partir d’aujourd’hui il y a un vrai sens de la justice et j’espère aussi pour les automobilistes », note Teodoro Bartuccio, président de Mon vélo c’est une vie.

Les cyclotouristes ont tous des histoires à raconter.


Les cyclotouristes ont tous des histoires à raconter.

Jean-Christophe Sunalet / “SUD-OUEST”

See also  Quand ArriveCAN vous empêche d'arriver à destination

Leave a Comment

x