Olivia Grégoire précise les propos d’Emmanuel Macron

Ce jeudi matin, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a donné à franceinfo le texte du discours prononcé par le président la veille. Elle a essayé de lisser les angles avec les contraires.

Dans un effort pour “construire” une majorité “plus claire et plus large” pour agir, Emmanuel Macron dans son allocution de mercredi a exhorté l’opposition à clarifier ses relations futures avec l’exécutif. Et vite : Emmanuel Macron a précisé qu’il voulait les premières réponses après son retour des sommets internationaux de Bruxelles, soit dans les deux jours. Un retard brutal que la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a minimisé sur franceinfo ce jeudi matin.

“Le début du chemin”

Olivia Grégoire a ainsi précisé l’ordre du jour proposé par le président de la République :

“Il n’y a pas d’ultimatum, pas de délai de 48 heures. Ce que le président a dit, c’est que nous commencerons par l’opposition à son retour du sommet européen pour trouver les voies et moyens. » « C’est le début du voyage, c’est tout », a-t-elle posé.

Le chef de l’Etat pourrait revoir la direction du parti

Selon elle, le processus se déroulera également à moyen terme : “On parle de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines”.

L’injonction du chef de l’Etat contre l’opposition fait suite à deux jours de consultations avec les chefs des partis politiques à l’Elysée. Et il n’est pas exclu que l’exercice soit reconduit : « Eventuellement le président de la République passera en revue les chefs des partis politiques pour discuter des lignes rouges ou éventuellement vertes ». “Nous voulons que l’opposition se positionne très clairement et dise : ‘On veut ça, on ne veut pas ça'”, a-t-elle ajouté.

Baisse de la TVA, gel des prix : le gouvernement “prêt à discuter”

Olivia Grégoire a déclaré qu’il était de la responsabilité de tous – et “pas seulement du gouvernement” – d’essayer de sortir d’une “impasse insoutenable pour le pays” et qu’elle ne doutait pas de l’existence d’une “bonne volonté” parmi les opposants, et surtout les nupes. Cependant, elle a ajouté: “Pas une seconde, il n’est question d’essayer de trouver un accord avec le RN. Et c’est pareil avec le LFI.”

See also  fille agressée à Pointe-aux-Trembles | Irrité par la défense, le juge claque la porte

La porte-parole du gouvernement d’Elisabeth Borne a en revanche souligné que l’exécutif écoutait attentivement certaines affirmations de ses détracteurs.

Interrogée sur la proposition du Nupes de geler les prix des produits de première nécessité, ou sur l’appel du Rassemblement national à une baisse de la TVA sur le carburant, elle a répondu : « Nous sommes ouverts à parler de beaucoup de choses. Et ça fait partie des choses dont on peut parler !”

Robin Werner

Robin Werner Journaliste BFM TV

Leave a Comment