MONDS 2022 – Déception pour Manaudou, espoirs pour Wattel et Henique en finale

Ce n’est pas forcément une surprise. Mais c’est une déception. Florent Manaudou n’a pas réussi à se qualifier pour la finale du 50 m nage libre. Pendant ce temps, Maxime Grousset, fraîchement sacré médaillé d’argent du 100 m nage libre mercredi, a assuré sa place en finale grâce à un barrage face à Bruno Fratus. Et tandis que Mewen Tomac terminait cinquième de la finale du 200m dos, Mélanie Henique et Marie Wattel prenaient rendez-vous pour la finale du 50m papillon.
  • Suivez les Championnats de France Route en direct du jeudi au dimanche chez Eurosport

Pour Florent Manaudou c’est forcément une petite claque. Le triple champion olympique sur sa distance de prédilection (or à Londres, argent à Rio et Tokyo) n’est certainement pas venu en Hongrie dans les meilleures conditions après une saison “de transition”. Il était conscient qu’il n’avait pas les armes pour aller de l’avant et chatouiller les meilleurs. Mais échouer en demi-finale pour la 11e fois (21”95) est une déception pour un tel champion habitué des finales internationales.

Championnats du monde

Manaudou sans finale : “Ça prouve que le talent ne suffit pas et qu’il faut travailler”

IL Y A 27 MINUTES

Tomac prend ses traces

Manaudou n’était tout simplement pas assez prêt pour ce rendez-vous. Après un bon départ en essayant de prendre les devants, le co-capitaine des Blues n’a pas réussi à prendre la distance devant l’adversaire. Son compatriote, le jeune sprinteur calédonien Maxime Grousset, l’attend. Quatrième de sa série (21”83), le médaillé d’argent du 100m nage libre affrontera le Brésilien Bruno Fratus en playoffs. A 20h30 il doit se battre pour son ticket pour la finale.

See also  "Trop devient difficile", explique Gilles Simon, qui prendra plus tard sa retraite

Quelques minutes plus tard, Mewen Tomac devait se contenter de la cinquième place du 200 m dos. Malgré une course bien menée, le jeune Français (20 ans) n’a pas pu se lancer dans la lutte pour le podium. Mais fixe une date pour la suite dans une finale remportée par Ryan Murphy, où il a amélioré son record personnel (1’56”35). “Je pensais que le podium irait moins vite”, a avoué le natif d’Evreux au micro de France 4. Nous avons encore du travail à faire. Mais je suis content, je fais ma course. C’est ma première finale. Donc j’étais très existé. J’ai peut-être laissé un peu trop de plumes. Une finale à apprendre clairement. Et deux ans après Paris 2024, ce n’est pas anodin.

Henique et Wattel ont hâte d’être vendredi

Lorsque les Français ont terminé septièmes de la finale du relais 4x200m à l’extérieur des États-Unis, la journée bleue n’a pas été décevante. Alors quand Florent Manaudou a craqué, son co-capitaine a répondu présent. La finale du 50 mètres papillon s’annonce également passionnante pour le clan tricolore. Car Mélanie Henique et Marie Wattel ont un joli coup à jouer. Jeudi, Henique a étonné son monde en dominant largement sa séquence (25”41). Elle a commencé comme une bombe et a pris le troisième temps en demi-finale derrière la Suédoise Sarah Sjostrom et l’Américaine Torri Huske, tout en gardant les choses sous ses pieds à la fin.

A ses côtés ce vendredi se trouve Marie Wattel. La nageuse de 27 ans, vice-championne du monde du 100 m papillon, septième de la finale du 100 m nage libre quelques minutes plus tôt, a parfaitement répondu en signant le sixième temps à la mi-temps (25”56). Et peut rêver d’une autre médaille à Budapest.

Championnats du monde

“Je suis juste un mec qui nage vite” : Popovici, la révolution silencieuse

IL Y A 6 HEURES

Leave a Comment