Meurtres en série : l’enquête demande la libération d’un suspect

Les libéraux demandent une enquête sur les circonstances ayant mené à la libération d’Abdulla Shaikh, l’auteur présumé d’une série de trois meurtres à Montréal et Laval.

• Lisez également : Série de meurtres à Montréal : le suspect a été innocenté même s’il pouvait être dangereux

• Lisez également : Folie meurtrière à Montréal : les conditions de sortie des patients psychiatriques devraient être revues

• Lisez également : Meurtres en série : la famille du suspect clame son innocence

“Nous avons besoin d’une enquête pour nous assurer que cela ne se reproduise plus”, a déclaré André A. Morin, ancien procureur général du bureau du procureur du Québec et candidat libéral en Acadie.

Le journal a annoncé aujourd’hui qu’Abdulla Shaikh a été libéré par la Commission de révision des troubles mentaux (CETM) malgré le fait qu’il représente un “risque important pour la sécurité publique”. L’individu souffrait de schizophrénie mais niait sa maladie et avait des “antécédents de non-observance du traitement”.

Bien surveiller

Notamment, pour M. Morin, une enquête permettrait de savoir si la CETM dispose de ressources suffisantes pour juger adéquatement les personnes qui comparaissent devant elle.

De plus, les libéraux veulent s’assurer que les sommes allouées permettent un suivi adéquat une fois qu’elles sont déversées dans la société. « La santé mentale est sous-financée, regrette André A. Morin.

Aujourd’hui, le Premier ministre a également demandé des éclaircissements sur les circonstances de la libération d’Abdulla Shaikh.

“Je suis content qu’on se soit débarrassé de cette personne”, a d’abord déclaré François Legault. Son cabinet a précisé plus tard qu’il était heureux que le suspect soit désormais “hors de danger”.

See also  Priorité aux "forces morales" et à une "théorie musicale différente" pour l'industrie de la défense

« Il faut aussi voir ce qui s’est passé. Étant donné qu’il s’agit de quelqu’un qui a déjà été ciblé, pourquoi a-t-il été libéré ? besoin de serrer [les mesures]’ M. Legault a poursuivi lors d’une brève mêlée à Montréal.

Silence en commission

Cependant, le Cabinet du ministre de la Justice assure qu’il ne peut intervenir en raison de l’indépendance des tribunaux.

Du côté de la Commission, nous refusons de dire s’il y aura une enquête ou des examens internes concernant la libération de M. Shaikh.

En toute fin de journée, un agent de communication a envoyé par courriel des faits généraux sur le CETM sans répondre à aucune question.

– En collaboration avec Félix Lacerte-Gauthier, agence QMI

Avez-vous des informations sur cette histoire que vous aimeriez partager avec nous?

Avez-vous un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous ou appelez-nous directement au 1-800-63SCOOP.

Leave a Comment