“Ma tête, je ne sais pas quand ça ira mieux”, témoigne Benoît Paire, qui traverse brièvement “la pire période”.

Benoit Paire traverse une période difficile. Depuis le dernier Open d’Australie, le Français perd au premier tour des tournois. Il n’a remporté que cinq matchs en seize tournois depuis sa rencontre avec l’Australie. Une baisse qui, selon le joueur qui s’est confié à Brut le vendredi 8 juillet, s’explique notamment par des problèmes psychologiques. Début juin, il a annoncé vouloir faire “une pause indéfinie”.

Dans cette interview, il admet qu’il “aime plus les jeux”, qu’il “Peur si [il] viens sur place”. “Je ne me sens pas forcément heureux dans ma vie car le tennis c’est compliqué. C’est un cercle vicieux” il est d’accord.

Le Français, 73e mondial, fait un lien direct entre cette situation et la pandémie de Covid-19 qui a débuté il y a plus de deux ans. “J’ai eu le Covid trois fois. J’ai fait trois isolements de 14 jours dans une chambre d’hôtel, à l’autre bout du monde, ça ne m’a pas aidé à être sain d’esprit. C’était des moments très compliqués à vivre. (…) Il lui faut encore du temps pour se remettre de cette situation », témoigne celui qui se dit “assez sensible” et “émotionnellement”. “Ça m’a touché et peut-être blessé plus que d’autres” ajoute-t-il encore.

Benoit Paire a notamment rappelé la difficulté supplémentaire de recevoir des messages haineux sur les réseaux sociaux lors des matchs, qu’ils soient gagnés ou perdus. “Nous sommes des athlètes, mais nous sommes avant tout des gens. C’est important de remettre les choses à leur place. Nous ne nous en sortons déjà pas bien, je trouve que c’est le moment le plus difficile pour faire passer des messages de ‘haters’ et recevoir des joueurs qui ont perdu une.” Pari. Ce n’est pas facile à gérer”, poursuit le joueur de 33 ans.

Benoit Paire, qui a toujours refusé d’être accompagné sur le plan psychologique, a “reconnu” cette année qu’il “besoin d’aide” pour sortir de cette impasse qu’il assimile à celle “le pire moment [qu’il a dû] Cross au niveau du tennis”.

Le Tricolore est actuellement accompagné d’un psychologue, d’un hypnotiseur et d’un préparateur mental. “J’ai déjà eu des blessures. [physique] pendant six mois, mais je savais que ça guérirait. Ma tête, je ne sais pas quand ça ira mieux. C’est une blessure qui peut être très longue et j’espère qu’elle sera la plus courte possible. C’est difficile de ne pas savoir quand on va s’améliorer.” Livre de Benoit Pair.

Leave a Comment