Les sapeurs-pompiers veulent repenser le modèle français de sécurité civile, du financement à la doctrine

Des pompiers remplissent les réservoirs de camions pour combattre un incendie à l'étang de la Levade dans la commune girondine de Sainte-Hélène, le 14 septembre 2022.

65 000 hectares sont partis en fumée à la mi-septembre, la plus grande surface qui a brûlé depuis qu’on consolide les données au niveau européen, c’est à dire 2006. Jusqu’à 10 000 pompiers ont été mobilisés certains jours, 100 000 personnes ont dû quitter leur domicile lors des incendies de l’été, usés Matériel et personnel : La saison des incendies a confirmé les craintes exprimées au printemps, avant même qu’une vague de chaleur particulièrement sévère ne frappe le pays. Alors que le 128e Le congrès national des sapeurs-pompiers doit s’achever à Nancy samedi 24 septembre, professionnels et acteurs institutionnels se demandent si le modèle français de sécurité civile peut survivre.

Efficacité indéniable – cet été 95% des feux ont été éteints avant que 5 hectares de végétation ne soient couverts – ce modèle est aujourd’hui mis à mal par la récurrence des épisodes climatiques extrêmes, la multiplication des incendies sur le territoire et sa structuration. Un système “à bout de souffle”, estimait début septembre François Sauvadet, président de l’Assemblée des départements de France (ADF). Pour ce faire, il a lancé une “mission flash”, dont les résultats devaient être présentés vendredi en marge du congrès des sapeurs-pompiers.

« Trouver un nouvel équilibre »

« Le constat fait consensus, estime Jean-Baptiste Estachy, conseiller sécurité des ADF avec une généralisation du risque que les fonds, notamment aériens, soient amenés à réviser à la hausse. » En juillet, Emmanuel Macron, lors d’une visite sur le site de l’incendie qui a détruit 7.000 hectares à la Teste-de-Buch (Gironde), a estimé nécessaire de renforcer la flotte française, composée de douze Canadair, sept Dash et trois avions composés de jumeaux Beechcraft. “Cette flotte volante est clairement devenue insuffisante”explique-t-on à la Fédération française des sapeurs-pompiers (FNSPF) qui s’est engagée à mettre en place un dispositif de cinq appareils disponibles toute l’année pour détecter les incendies et les traiter au plus vite. « Une garde aérienne prête à intervenir et des camions positionnés au sol pour attaquer immédiatement un foyer de tir : grâce à cette stratégie on gagne des batailles »estime Grégory Allione, président de la FNSPF.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés A La Teste-de-Buch, en Gironde, “il y aura un avant et un après de l’incendie”

« Nous voulons augmenter le nombre de Canadairs dans notre propre flotte de douze à seize.a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lors de son audition par la commission des affaires juridiques du Sénat mercredi 21 septembre sur la présentation de sa loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur. Mais le problème n’est pas de les acheter, c’est de les produire : aujourd’hui, il n’y a plus d’usines qui fassent ça. »

Il vous reste encore 56,39% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Comment