Les habitants du quartier de la Villette interpellent l’Etat et la mairie pour exiger des indemnisations

23 h 01 24 septembre 2022

habitants à bout de souffle. Il y a un peu moins d’un an, le ministère de l’Intérieur a ordonné le déménagement d’une centaine d’usagers de crack des abords des Jardins d’Éole, dans le 18e arrondissement de Paris, vers le square Forceval, dans le quartier de la porte de la Villette. La préfecture assurait à l’époque que ce « Secteur sans résidents à proximité immédiate “devrait être un” lieu temporaire “. Pourtant, rien n’a changé depuis ce déménagement et la vie des habitants et des commerçants de ce coin du 19e arrondissement a viré au cauchemar. Parisien Ainsi rapporte que ce samedi l’association Villette Village a déposé un recours collectif auprès du tribunal administratif de Paris pour réclamer près de 100 000 euros de dommages et intérêts pour le préjudice subi.

A lire aussi – Paris met la pression aux dealers de crack

Cette association regroupe près de 150 personnes, tous habitants ou professionnels exerçant dans le quartier. Ce samedi, ils se sont réunis autour de leur avocat devant la mairie de Paris pour déposer ce document dans le bâtiment administratif. Pour certains d’entre eux, la situation est devenue insupportable : Ce sont des agressions, des crachats, des scènes de viol, des gens qui se masturbent en pleine rue », écoutez Stéphanie Benoist, porte-parole de Villette Village. Un habitant du quartier estime que « Personne ne devrait traverser ce que nous traversons maintenant “.

Beaucoup de preuves fournies

Afin d’obtenir réparation, les membres du collectif ont rassemblé une grande quantité de preuves de violations. Près de soixante documents, constitués de témoignages, de photographies, de rapports scientifiques ou d’actes de plainte, ont ainsi été compilés par l’avocat de l’association, Maître Gil Moser : ” Voici une copie de la demande de dommages et intérêts que nous allons adresser aujourd’hui au Tribunal Administratif de Paris. Une copie est également adressée à la préfecture de police de Paris. “, a-t-il assuré ce samedi avant d’entrer dans le bâtiment de l’administration parisienne. ” Nous assignons en justice l’Etat et la Ville de Paris et leur demandons le versement d’une somme de 100 000 euros en réparation du préjudice subi par les riverains représentés par l’association.. »

Une double responsabilité

L’avocat a également souligné que cette démarche administrative et judiciaire pourrait permettre « faire jurisprudence » et qu’il voulait diriger « le processus d’humiliation et d’impuissance des autoritéss”. Le conseil municipal de la Villette a alors tenu à dénoncer la double responsabilité existant dans cette affaire : “ L’État était le premier responsable, mais il y avait une logique d’acceptation par la ville de l’utilisation d’un espace qui lui appartenait. L’association lui reproche également un attentisme constant et un manque de réaction face à ” redonner un semblant de normalité au quartier “.

A lire aussi – Contre le blocage du projet de centre de traitement pour toxicomanes dans le 16e arrondissement de Paris

Malgré cette action menée ce samedi, les habitants du quartier devront patienter avant de voir le moindre aménagement. En effet, cette procédure devrait prendre plusieurs mois avant qu’une réponse judiciaire ne soit reçue et donc Maître Gil Moser a annoncé que la fédération envisageait ” Mesures d’urgence pour faire face au sort des riverains “.

Leave a Comment