Les 49,3 dans le budget ? “Petite tension”, reconnaît Gabriel Attal

Le ministre des Finances Gabriel Attal quitte le palais de l'Élysée le 14 juin 2022.
LUDOVIC MARIN contre AFP Le ministre des Finances Gabriel Attal quitte le palais de l’Élysée le 14 juin 2022.

LUDOVIC MARIN contre AFP

Le ministre des Finances Gabriel Attal quitte le palais de l’Élysée le 14 juin 2022.

POLITIQUE – Le projet de loi de finances pour 2023 (PLF) passera-t-il par le cours de l’Assemblée ? Le ministre des Finances Gabriel Attal n’est guère optimiste après les déclarations des différentes formations d’opposition et n’exclut pas un repli au 49.3.

Dans l’interview ci-dessous Journal du dimanche Gabriel Attal veut être ce 25 septembre “dégager”. « Pour des raisons de principe, de politique symbolique, les oppositions n’envisagent pas de voter le budget. Cela laisse peu de tension sur la sortie car nous avons une majorité relative.dit-elle et argumente avec elle « Les oppositions elles-mêmes nous ont dit que 49,3 était probable. »

Le budget 2023 doit être présenté au Parlement dans les prochaines semaines. Mais l’opposition n’a pas attendu pour annoncer qu’elle voterait contre. Jeudi 23 septembre, à la sortie d’une rencontre avec la Première ministre Elisabeth Borne, Marine Le Pen a déclaré que c’était elle « en désaccord avec tous les textes présentés à l’Assemblée nationale ». Les républicains sont sur la même ligne : “Laissons cette majorité l’emporter, nous ne serons pas leur béquille”, a déclaré le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti lors de la rentrée des Jeunes LR début septembre, écartant toute abstention. A gauche, le Nupes s’oppose ouvertement au texte et veut présenter un contre-budget.

Après ça “dialogues”, “L’Appel de Bercy”

“Les symboles politiques n’ont jamais rempli le frigo français, baissé les prix à la pompe, ni recruté plus de policiers”Tacler Gabriel Attal dans le JDD. « La France ne peut pas se passer de budget de toute façon. »

Fin août, la première ministre Élisabeth Borne ouvrait la porte au 49.3 : « On nous conseille parce que les Français ne nous ont pas demandé de rester immobiles.dit-elle à l’intérieur Le Parisien. « Je me rends compte aussi que voter pour un budget est symbolique pour un groupe d’opposition. Mais s’il le faut, il y a des instruments dans la Constitution pour aller de l’avant.Elle a ajouté.

Le recours à cette partie du Parlement est une épée à double tranchant pour le gouvernement. S’il devient possible de voter un texte sans le vote du Parlement, cet acte sera mal perçu par l’opinion publique et risque de provoquer une véritable colère sociale. Pour ne pas en arriver là, les équipes d’Elisabeth Borne ont donc multiplié les consultations. A Matignon, où tous les chefs de groupe ont été reçus par le Premier ministre, mais aussi à Bercy, sous la forme de “dialogues” animée par Bruno le Maire et Gabriel Attal.

Le ministre des Finances souhaite également élargir l’initiative. Dans lequel JDDil s’interpose “Appel de Bercy”, pour les entreprises, les municipalités, les syndicats et les organisations d’opposition. “Nous avons besoin d’une responsabilité collective”il souligne.

Voir aussi sur Le Huff Post :

Leave a Comment