le profil de la reprise actuelle

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 augmente à nouveau depuis trois semaines. Dans son point épidémique hebdomadaire du 22 septembre 2022, Santé publique France note : un augmentation significative du taux d’incidence sur l’ensemble du territoire.

Les nouvelles infections quotidiennes augmentent depuis la fin de la première semaine de septembre et la moyenne mobile sur 7 jours est désormais supérieure à 30 000 cas par jour. Mardi 20 septembre, le seuil des 50 000 cas a été dépassé pour la première fois depuis début août :

Cette réaction épidémique se produit avec une relative indifférence. Lundi 19 septembre, le ministre de la Santé, François Braun, a estimé que c’était le cas Il est trop tôt pour dire que c’est le début de la huitième vague. invité le matin RTL De son côté, vendredi 23 septembre, le porte-parole du gouvernement et ancien ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé la reprise – c’est parti depuis 15 jours – si tu penses à çaon sait se défendrenotamment en matière de vaccination.

Reprise, mais pas encore de huitième vague : Les spécialistes peinent à modéliser la suite de l’épidémie.

Il convient de noter que si le nombre de cas continue d’augmenter, le taux de croissance a diminué au cours des trois derniers jours. Mais il est beaucoup trop tôt pour dire que nous approchons du pic.

L’Île-de-France épargnée

La reprise s’opère sur l’ensemble de la France métropolitaine, tandis que la situation dans les départements d’outre-mer continue de s’améliorer. Les taux d’incidence les plus élevés se situent au nord d’une ligne qui coupe la France du nord-ouest au sud-est, mais la région parisienne reste relativement épargnée dans un avenir prévisible.

Le département au taux d’incidence le plus élevé est celui des Ardennes, avec 589 cas pour 100 000 habitants du 13 au 19 septembre pour un taux national qui vient de passer au-dessus des 300 cas pour 100 000 habitants, selon les dernières données de Santé publique France :

Effet rentrée des classes

L’augmentation du taux d’incidence est plus forte chez les enfants et adolescents scolarisés et chez leurs parents. Santé publique France note que la reprise est bien tirée par les moins de 20 ans et les 30-49 ans. Ces groupes ont connu un taux d’incidence supérieur de plus de 50 % par rapport à la semaine précédente.

Un examen détaillé de la tranche d’âge des écoliers montre que l’augmentation est particulièrement sensible chez les 12-15 ans et les 16-18 ans. Pour les enfants de moins de 11 ans, la courbe baisse légèrement :

Pas de changement à l’hôpital

La reprise des cas ne se traduit pas actuellement par une augmentation des hospitalisations, mais par une stabilisation sur un plateau. La vaccination et le jeune âge des cas signifient qu’il n’y a pas d’augmentation des hospitalisations pour ou avec Covid-19 à l’échelle nationale.

Cependant, Santé publique France note une légère augmentation des hospitalisations dans l’Ouest : Bretagne, Normandie, Pays de la Loire.

Au 22 septembre, 12 908 personnes étaient hospitalisées pour ou avec le Covid-19, dont 707 nécessitaient des soins intensifs.

Omicron BA.5 et le sujet des réinfections

omicron est omniprésent : Sa sous-ligne BA.5 représentait 93% des séquences interprétables début septembre, et la sous-ligne BA.4 en représentait 6%.

Dans un point spécial publié le 15 septembre, Santé publique France relevait qu’au début du mois d’août 2022, 18 % des cas confirmés étaient des cas possibles de réinfection.

Pour le département de la santé, le nombre de réinfections ne cesse d’augmenter. Ils représentaient 0,7 % de tous les cas au 5 décembre 2021 et représentent désormais 6,7 % des cas au 6 décembre 2021.

La variante Omicron est suspectée d’être responsable de 94,8% des cas de réinfection possibles survenus depuis mars. Santé publique France le note La probabilité de réinfection augmente avec l’âge de l’infection initiale et atteint un plateau environ six mois après l’infection initiale.

La reprise observée en France se reflète aussi chez nos voisins. Le Royaume-Uni a également connu un pic de cas depuis début septembre après deux mois de baisse constante. Cette augmentation est plus prononcée pour les 7-11 ans et les 25-34 ans.

L’Allemagne et l’Italie connaissent une augmentation des cas, bien que moins prononcée qu’en France.

Leave a Comment