Le député Sacha Houlié veut donner à tous les étrangers le droit de vote aux élections locales

Le député Renaissance de Vienne a présenté un projet de constitution “visant à accorder à tous les étrangers le droit de voter et d’être candidat aux élections locales”, s’attirant les critiques de la droite et de l’extrême droite.

Les étrangers pourront-ils voter aux prochaines élections municipales ? Actuellement, seuls les étrangers résidents de l’Union européenne ont le droit de voter à cette élection. Sacha Houlié, député de la Renaissance (ex-LaREM), a dénoncé « la discrimination entre deux catégories d’étrangers (citoyens de l’UE et ressortissants de pays tiers) et a présenté un projet de constitution pour étendre le droit de vote à tous les étrangers.

Serpent de mer à gauche, François Mitterrand et François Hollande ont promis en vain aux étrangers le droit de vote aux élections locales, rappelle l’AFP.

« Cette reconnaissance est attendue depuis longtemps. Pourtant, nous le devons à ceux qui ont souvent et longtemps participé à la dynamique de notre société”, défend le texte de la proposition, qui dénonce aussi la “discrimination à l’encontre de deux catégories d’étrangers”. argumente Sacha Houlié.

“Ils trouveront le RN sur leur chemin !”

Les critiques sont venues rapidement de la droite et de l’extrême droite. “Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour m’opposer à ce projet” Eric Ciotti met en garde, député LR de Nice et candidat à la présidence de son parti. Sur BFMTV, il a de nouveau défendu sa position. “Je suis totalement contre le droit de vote des étrangers”, a-t-il martelé.

“Alors que Gérald Darmanin excitait les médias à propos de l’expulsion (ratée) d’un islamiste, les macronistes déposaient discrètement un projet de loi pour le suffrage des étrangers, c’est-à-dire l’expropriation définitive des Français de leur pays. Vous trouverez le RN sur votre chemin !” ” De son côté, dénonce Jordan Bardella, président du RN.

Un référendum obligatoire

Le document, publié début août, a été déposé “à titre personnel” par l’élu de la Vienne. Et pour cause : au sein du camp présidentiel, la position est tout sauf unanime. Interrogé sur la question en 2019, Emmanuel Macron a préféré favoriser l’accès à la nationalité française plutôt que de donner aux étrangers le droit de vote aux élections locales.

“Le ministre de l’Intérieur est fermement opposé à cette mesure”, a déclaré BFMTV à l’entourage de Gérald Darmanin.

Même si le texte est approuvé par l’Assemblée nationale et le Sénat (à la virgule près), le chemin sera encore long. Le projet de loi constitutionnelle doit être approuvé par référendum.

En effet, l’article 89 de la Constitution ne prévoit pas de réunion du Sénat et de l’Assemblée en Congrès lorsqu’un projet de loi affectant la Constitution doit être adopté par les deux chambres. En revanche, si le texte est issu d’une initiative gouvernementale (un projet de loi), le Président de la République peut décider de convoquer le Parlement en Congrès.

Pour cette raison, lorsque Renaissance a présenté un projet de constitution pour assurer le respect de l’avortement, le président du groupe LFI a appelé le gouvernement à déposer un projet de loi pour éviter un référendum plus long à organiser.

Leave a Comment