L’agression d’un chauffeur routier contre un cycliste condamnée à Saintes

Un camionneur qui a délibérément renversé puis tabassé un cycliste qui lui faisait signe sur une petite route de campagne : Le procès filmé de cette violente agression aura lieu jeudi devant le tribunal correctionnel de Saintes (Charente-Maritime).

VOIR ÉGALEMENT – Lyon : une figure d’extrême droite en garde à vue soupçonnée d’avoir poignardé

Les faits survenus en janvier dernier peuvent être appréciés car le cycliste a activé la caméra qu’il portait sur sa veste puis a posté sur internet des images où elles sont devenues virales. “C’est une rareté de pouvoir poursuivre l’auteur de tels actes pour violences volontaires”se félicite auprès de l’AFP Michel Benezra, l’avocat de l’association Mon vélo est une vie confisqué à la victime de l’affaire. « Aujourd’hui, ajoute-t-il, 80 % du temps lorsqu’un cycliste est percuté, c’est volontaire. Mais c’est très difficile à prouver si la scène n’est pas filmée..

Les photos montrent une route étroite en Charente-Maritime entre Royan et Sémussac. Alors qu’ils s’éloignent, le cycliste a déjà dépassé le camion-benne, auquel il a fait signe de ralentir et de se rapprocher de son côté de la route. En vain, dira-t-il, contraint de se rouler côté herbe. Le cycliste continue sa course, mais entend bientôt un moteur derrière lui. Inquiet, il branche son appareil photo. Les images montrent le camion-benne le dépassant et le serrant suffisamment pour le laisser tomber, puis s’arrêtant. Le conducteur et son passager, son fils adolescent, sortent du camion, crient après le cycliste et commencent à le frapper, brisant la caméra.

Ce court métrage a permis au parquet de Saintes de poursuivre le chauffeur pour usage intentionnel de la force avec arme à destination, en l’occurrence un camion benne, entraînant un arrêt de travail temporaire de plus de huit jours (30 jours au total). Pour Teodoro Bartuccio, président de “Mon vélo est une vie”, c’est une nouvelle ” est régulier. Cela ne s’arrête pas. (…) Les gens utilisent leur véhicule pour se faire justice eux-mêmes”. Il entend se servir de cette affaire pour changer la loi et les mentalités en prônant des sanctions plus sévères pour les automobilistes. Dans un communiqué, son association a appelé « Que les amants de la petite reine viennent soutenir le sacrifice en assistant au tribunal en tenue de vélo ».

Le conducteur encourt trois ans de prison et 45 000 euros d’amende. Il a comparu seul, son fils, moins impliqué, a fait l’objet d’une mesure alternative de poursuite devant le délégué du procureur. “Le camionneur doit être condamné à une peine exemplaire, mais il faut aussi envoyer un message pour le partage des espaces ouverts et le respect de la vie des cyclistes”, souligne l’association. Selon son avocat, le cycliste vit désormais dans la peur de ses agresseurs présumés “habite à côté et passe régulièrement chez lui”. “D’autant plus que le chauffeur est connu au tribunal et a un casier judiciaire”assure l’avocat de la défense.


VOIR ÉGALEMENT – Norvège : Au moins trois blessés, dont un grièvement, dans une attaque au couteau

See also  plusieurs cas de viol ouverts

Leave a Comment