L’agresseur de cet aîné se promène toujours dans la nature

Plus d’un mois après avoir été brutalement agressé par un parfait inconnu dans la rue, un aîné de Magog espère que la diffusion d’un portrait composite qui paraît « impressionnant » au suspect débouchera sur une arrestation.

Soigné aux petits oignons par les infirmières de la maison de retraite où il habite, Serge Tremblay se remet doucement de ses blessures et du traumatisme qu’il a subi le 21 mai dernier.

Vers 19 h 45, l’homme de 71 ans revenait d’un pétillant du centre-ville lorsqu’un automobiliste s’est arrêté à sa hauteur. C’était alors au coin des rues Dollard et Saint-Patrice Ouest.

“Je marchais sur le trottoir et il m’a crié”, se souvient l’aîné. Je suis sourd d’une oreille, donc je n’ai rien compris et je lui ai fait signe de continuer son chemin.”

Le conducteur, qui avait un tatouage au bras gauche, a plutôt arrêté son véhicule et s’est rapidement dirigé vers M. Tremblay.

“Il m’a sauté dans le dos et m’a jeté la tête la première au sol”, raconte-t-il. Puis il m’a giflé au visage. Quand j’ai commencé à crier et que je lui ai dit que j’étais un vieil homme, il s’est arrêté.”

Le suspect s’est ensuite enfui dans ce qui semblait être une berline Mazda noire.


La lacération derrière la tête de l'Aîné peu après l'événement.



Photo gracieuseté de Serge Tremblay

La lacération derrière la tête de l’Aîné peu après l’événement.

Des témoins ont rapidement aidé la victime et une dame a composé le 911. En peu de temps, les services d’urgence sont arrivés et l’ont emmené à l’hôpital.

See also  11 départements en vigilance rouge, 58 en vigilance orange, le pic de chaleur est attendu ce samedi

Serge Tremblay a subi une commotion cérébrale et a eu besoin de points de suture pour traiter la grande lacération derrière sa tête.

Comme les policiers de Memphrémagog n’avaient toujours pas réussi à mettre la main sur le collier de l’agresseur, un portrait composite a été rendu public la semaine dernière.

Bien sûr, M. Tremblay s’est profondément impliqué dans le processus, qu’il a trouvé passionnant.

“J’ai passé trois heures avec un expert qui a créé pas à pas un portrait de robot sur trois ordinateurs. Nous avons corrigé au fil du temps, des oreilles plus grandes, des yeux plus petits, des sourcils plus épais. Tout était dans les détails. »

Lorsque l’homme a été présenté avec le résultat final, il a été étonné.

« Malgré mon âge, j’ai une bonne mémoire. J’ai pris une photo dans ma tête ce jour-là et le croquis qui a été fait est vraiment fidèle à ma mémoire. À mon avis, quelqu’un qui connaît cette personne pourra la reconnaître.

Malheureusement, la diffusion du portrait n’a pas apporté aux enquêteurs les résultats escomptés jusqu’à présent, indique l’agent Mickaël Laroche, porte-parole de la police de Memphrémagog en Estrie.

Cependant, il réitère que même les plus petits détails peuvent être pertinents dans une telle enquête.

Toute information pertinente au dossier peut être transmise confidentiellement à l’enquêtrice Geneviève Allaire au 819.843-3334, poste 227.


Le portrait composite de l'agresseur.



Gracieuseté de la police de Memphrémagog

Le portrait composite de l’agresseur.

  • blanc
  • Entre 20 et 35 ans
  • Environ 5’6″
  • Entre 165 et 175 livres

Leave a Comment

x