Jean-Luc Mélenchon accepte “les critiques”

Jean-Luc Mélenchon (à droite) et Adrien Quatennens à l'Assemblée nationale à Paris, le 23 mars 2022.

Invité dans la nouvelle émission de France 2 « Quelle époque ! » s’est exprimé Jean-Luc Mélenchon dans la soirée du samedi 24 septembre, après le tollé provoqué par son annonce de l’affaire Adrien Quatennens, le député (La France insoumise, LFI) du Nord, qui a mis en cause les violences contre son épouse a été mis en cause.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Affaire quaternaire : Jean-Luc Mélenchon ne regrette rien, au risque de plonger LFI dans la crise

Le leader LFI avait salué dans un post sur TwitterLe 18 septembre, le ” Aurait “ et le “courage” son lieutenant, qui s’est retiré du parti après avoir reconnu avoir giflé sa femme Céline Quatennens – avec qui il est en instance de divorce – qui lui a remis une main courante.

“Tout le monde peut faire mieux, moi aussi”, Jean-Luc Mélenchon a répondu à la journaliste Léa Salamé, qui lui a demandé s’il regrettait son tweet. “Mais je ne pense pas que ce soit le problème”, il ajouta. L’ancien député des Bouches-du-Rhône a persisté dans son opposition à la publication des mains courantes. “Céline Quatennens ne voulait pas de poursuites judiciaires, ni qu’ils sortent”il se souvient.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’affaire Quatennens, un premier point faible de la domination de Jean-Luc Mélenchon à LFI

“Je respecterai jusqu’au bout sa volonté de ne pas m’engager dans le débat qui entoure aujourd’hui Adrien Quatennens.”, il ajoute. Là “Si j’avais dit un mot de trop, elle aurait pu me dire : ‘Dans quoi tu t’embarques ?’ »

“Identifier et diplômer”

“J’accepte votre jugement, j’accepte les critiques”a également déclaré M. Mélenchon, conscient que ses messages avaient suscité de nombreuses réactions critiques, y compris au sein de l’Union populaire écologique et sociale nouvelle (Nupes), à laquelle appartient le LFI.

“Une gifle n’est pas acceptable, aucune violence dans le couple n’est acceptable”, il avance. “Mais nous avons tous un principe : il faut s’identifier et graduer”il ajoute faire écho aux arguments du député « insoumis » des Bouches-du-Rhône, Manuel Bompardqui a dit ça sur CNews vendredi“Une gifle n’est jamais acceptable, mais ce n’est pas la même chose qu’un homme qui frappe sa femme tous les jours.”

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’affaire Adrien-Quatennens embarrasse la France insoumise

“La gifle c’était il y a un an, il n’y en a pas eu depuis un an et il faut tenir compte du fait qu’il s’excuse.”a défendu, samedi soir, Jean-Luc Mélenchon. “Si tu n’as pas de diplôme, c’est que tu ne comprends pas ce qui se passe dans une situation comme celle-ci”il a dit. “S’il y a un continuum dans la violence, il y a aussi une gradation dans les punitions infligées aux gens”, il explique.

A lire aussi : Affaire Adrien Quatennens : le parquet de Lille a ouvert une enquête

Adrien Quatennens doit-il quitter ses fonctions d’adjoint après avoir quitté la coordination de LFI ? « Ma réponse est non : que ce divorce se termine, que le juge décide. Et je souhaite qu’il revienne à la lutte politique.a déclaré M. Mélenchon, louant un “jeune homme extraordinairement brillant” la “Tu ne peux pas m’interdire d’aimer”.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’Affaire Quatennens, révélateur des limites de La France insoumise

Le monde avec l’AFP

Leave a Comment