“Je suis enfin devenue une femme” : Maître Afschrift se révèle transgenre

L’avocat fiscaliste de renom et chroniqueur médiatique régulier, anciennement connu sous le nom de Thierry Afschrift, s’appelle désormais Typhanie.


Temps de lecture : 3 min

Jsuis une femme. Quand quelqu’un me demande comment je suis devenue transgenre, je réponds que je suis transgenre, mais mon idée est que j’ai toujours été une femme, enfermée dans un corps d’homme, comme on dit, et certainement pas à mes propres yeux. Je dois admettre que cela ne m’est pas venu naturellement pendant longtemps, ce n’était pas facile d’en arriver à cette conclusion. « Celui qui parle ici est devenu typhanie pour tout le monde et pour toujours depuis ce jeudi 7 juillet. La révélation de ce changement de genre est d’autant plus percutante que Typhanie Afschrift, jusque-là connue sous le prénom de « Thierry », est l’une des avocats fiscalistes les plus connues et les plus redoutées de Belgique, une professeure d’université de renom, une personnalité publique de très opinions ultra-libérales fortes.

C’est à Match parisien qu’elle a réservé la première de cette annonce pour ce jeudi, qui, comme elle le stipule à l’avance, est un jour férié. Le nouveau look de l’avocat en dit long sur le changement. De longs cheveux blonds-roux, une robe d’été avec des fleurs au-dessus du genou, du rouge à lèvres rouge : c’est une femme heureuse, élégante, sûre d’elle qui en a aussi une longue Le soir. Typhany ne cache rien à ce parcours difficile, qui aujourd’hui n’est pas vécu comme une renaissance mais comme une libération. “Je détestais mon corps quand j’étais jeune”, raconte celui qui aurait pu se suicider à l’adolescence. Ce sont les études, puis le travail, qui jouent le rôle de ce médicament qui aide à entretenir l’immense « confusion » interne. Honteuse de savoir qu’on voulait se déguiser en petite fille, peur de parler aux autres de cet état intérieur, méconnaissance totale de l’identité trans : au fil du temps et à travers des centaines de lectures, Typhania va se documenter, découvrir et l’idée de transition va grandir.

C’est en 2017, après une véritable “révélation” lors d’une des séances de travail avec un psychologue, que Typhanie décide de franchir le pas. “Je n’ai jamais rien fait d’aussi convaincant de ma vie.” En Suisse, Typhanie exerce son métier d’avocate depuis cinq ans et s’implique dans le militantisme transgenre sans qu’on en sache rien en Belgique, où elle reprend ses vêtements masculins. « Genève m’apparaissait comme un terrain d’entraînement, un endroit où je pouvais commettre toutes mes erreurs en tant que nouveau venu transgenre. C’était surtout une façon de protéger au maximum ma famille et de leur laisser le temps de s’adapter à ma nouvelle identité”, confie-t-elle dans Paris Match. Sa famille, ses enfants, sa femme, à l’exception du benjamin, avaient récemment été informés et pour qui la “révélation” publique avait été reportée au 7 juillet.



Le témoignage est poignant, édifiant, joyeux, mais aussi profondément généreux car il offre une occasion rare de partager les enjeux et les sentiments entourant l’identité de genre et le parcours très difficile que représente cette transition. “Il n’y a pas de remède à qui nous sommes” : Pour Typhanie Afschrift il est crucial de le dire, de le faire savoir, de l’expliquer : “L’identité trans n’est pas une maladie mais l’expression d’une liberté”.

Découvrez l’intégralité de l’interview du soir à partir de 17h sur notre site internet.



See also  Tueur à gages : Jean-Guy Lambert pourrait sortir plus tôt

Leave a Comment

x