hommage littéraire et poétique à la ville chaotique, au box-office culturel

Bienvenue au Box Office, le rendez-vous hebdomadaire des événements Soft Power. Chaque semaine, nous couvrons les plus grandes tendances culturelles et les succès de la journée. Collaboration avec l’institut de recherche GfK pour les livres et les jeux vidéo et CBO Box Office pour le cinéma.

Mélancolie du passé d’Odessa

Les succès se succèdent et se ressemblent en fiction comme en non-fiction, il n’y a pas d’entrées clinquantes et quasiment pas de sorties non plus. C’est un pays plat, le temps différé, comme si les éditeurs avaient attendu après le second tour de l’élection présidentielle pour sortir des livres. Alors, débarrassons-nous de cela avec un petit livre qui n’est certainement pas un best-seller, mais qui a fait la une des journaux cette semaine : Histoires d’Odessa d’Isaac Babel traduit par André Markowicz, chez Actes Sud. Ce week-end, la métropole cosmopolite d’Ukraine, Odessa, sur les rives de la mer Noire, a été bombardée par des soldats russes et plusieurs personnes ont été tuées, dont un enfant. Bombarder des villes sans discernement n’a aucun sens sauf la haine et les crimes de guerre. Odessa, chantée par Isaac Babylon, a longtemps été une ville cosmopolite et amusante, ainsi qu’une ville juive – avec un humour juif ashkénaze distinct – avant que 30 000 Juifs n’y soient massacrés en 1941. Géographiquement, Odessa est aujourd’hui jaune et bleue – les couleurs du drapeau ukrainien national. Les pro-russes existent et sont indécis ; depuis la sauvagerie de Poutine, ils sont largement tombés dans le camp de Zelensky. D’ailleurs, Vladimir Poutine n’a jamais mis les pieds à Odessa. Histoires d’Odessa par Isaac Babylone, dans un autre siècle, a décrit le visage sombre de la ville, sa cruauté, son horreur dense, sa superficialité. Le héros, le roi des enfers, c’est le Robin des bois juif, et parfois on dirait un roman de Genet ou de Francis Carco – mais en plus baroque. C’est parce qu’à Odessa, les gens s’insultent en yiddish, ils font de la contrebande dans la langue de la charte et ils s’enivrent de vodka importée. Isaac Babel a été abattu en 1940 sur ordre de Staline.

C’est à Odessa qu’Ulysse est descendu de son Odyssée ; à Odessa que l’aristocratie française créa un port franc ; encore Odessa où est né l’important courant sioniste. Et c’est de ce port que, hier comme aujourd’hui, tant de juifs se rendaient au kibboutz galiléen et, pour les plus riches, aux appartements art déco du boulevard Rothschild.

Il y a quelque chose d’exotique et de romantique à Odessa.

Il faut dire que cette ville attire depuis longtemps les écrivains, ceux qui y sont passés et ceux qui en rêvent. A Odessa, la poésie ne met pas l’accent sur l’action, elle est directe. Pouchkine y a mis Eugène Onéguine; son cuirassé Eisenstein Potemkine ; Mark Twain son imagination ; Balzac y avait un amant ; Simenon a Maigret d’Odessa et Olivier Rolin, insatiables de goûts culturels, sont tombés amoureux de l’opéra et des librairies. Une anthologie de ces textes littéraires est publiée dans la collection Goût d’Odessa au Mercure de France. A noter également la belle “ode” pour Odessa di Magazine du monde : « Odessa, l’histoire mythique ».

Ce week-end, Odessa est sous la bombe. Nous mourons dans cette ville cosmopolite ce dimanche. Après les pogroms et les Soviétiques, Odessa a rendez-vous ce printemps avec Vladimir Poutine. Le despote déteste le multiculturalisme, le cosmopolitisme, la littérature et peut-être même les juifs. Il déteste l’humour par dessus tout, l’humour qui est un des secrets d’Odessa, l’humour comme forme de résistance, l’humour comme force de courage – même si ce week-end, on ne rit plus – même… l’humour noir.

– « Odessa, l’histoire d’un mythe », par Emmanuel Grynszpan à Magazine du monde.

– Le goût d’Odessaanthologie de Sandrine Treiner, au Mercure de France.

– Histoires d’Odessa par Isaac Babel, chez Actes Sud.

Classement des ventes de cette semaine, catégorie fiction littéraire.

Classement des ventes de la semaine, catégorie essai et document.

Le retour de la chronique magique attire le public au cinéma

Grand succès cette semaine pour Que animal fantastique, un film de Warner Bros., le troisième et onzième film de la franchise Wizarding World de JK Rowling. Sur 842 écrans français, le film a réuni plus d’un million de téléspectateurs dès sa première semaine. Le film impressionne par le décor, les animaux sont absolument fantastiques et l’imberbe Jude Law est charmant. Pourtant, on se perd vite dans une histoire compliquée connue des seuls moins de vingt ans…

« The Dropout » : les hauts et les bas de la soi-disant merveille de la tech et de la santé

La série de cette semaine s’appelle qui a abandonné l’école et il vient d’être créé sur Disney Plus. thé Sortirune femme d’affaires qui fait l’actualité, une certaine Elizabeth Holmes, une brillante étudiante de Stanford qui crée des boîtes Théranos à l’âge de 19 ans. Il est mégalomane, égocentrique, révolutionnaire et bientôt millionnaire ! Une “success story” remarquable dans le milieu de la santé californien avant la chute : en janvier 2022, Elizabeth Holmes a été reconnue coupable d’escroquerie et d’escroquerie.

Alors que la série retrace des enquêtes à long terme sur des scandales, tels que Ont été détruitsdont nous avons parlé dimanche dernier, ou ivreDisney Plus accueille cette création produite par Hulu, inspirée du podcast ABC News.

Tous pilotés par Elizabeth Meriwether. Showrunner a marqué de son empreinte le paysage sériel en entrant par la porte de comédies comme Nouvelle fille, mais ici il parvient à donner tout son sens à une histoire plus sérieuse, sans tomber dans le jeu dramatique. Ce piège, l’actrice Amanda Seyfried l’évite également. Il a pu identifier physiquement et psychologiquement le personnage d’Elizabeth Holmes, son col roulé noir et sa voix volontairement rauque. Tout reste crédible, mais frôle la « sociopathie » comme le dit Audrey Fournier dans Le Monde.

Jouer à des jeux pour des services philanthropiques

Côté jeux vidéo, le chiffre de cette semaine : 802 503 euros. C’est la somme récoltée en 3 jours “en direct” en direct du Palais des Congrès de Paris lors des 55 heures de diffusion du marathon caritatif Speedrun sur Twitch. Mais qu’est-ce que Speedrun ? C’est fondamentalement une date de vitesse! Plus sérieusement, c’est un mode de jeu qui consiste à terminer le jeu le plus rapidement possible : une alliance entre performance et rapidité, donc. Pour ce jeu tendance, nous ajoutons maintenant la philanthropie, et nous obtenons Speedon, ou l’art de donner vite. Cette deuxième édition Speedon a récolté 800 000 euros reversés à Médecins du Monde. Librement inspiré du phénomène « Games Done Quick » (marathon caritatif américain) qui s’est propagé outre-Atlantique depuis le début des années 2010, ce nouveau type de rencontre événementielle a trouvé sa première traduction française en Z-Événement, dont l’édition 2021 (sixième) a levé plus de dix millions d’euros. S’ils n’ont pas détrôné les émissions de télévision caritatives historiques comme le Téléthon (qui a levé plus de 85 millions d’euros en 2021), cet événement dans le monde francophone du jeu offre un nouveau point de contact avec une communauté prête à donner.

Classement des ventes de la semaine, catégorie essai et document.

Le retour d’Orvil Peck et un passage au Printemps de Bourges pour Kungs

Pour clôturer ce box-office, non pas un mais deux artistes. On commence par Orville Peck, un chanteur country sud-africain (il est né à Johannesburg bien que, un peu secret, il n’en parle jamais caché sous son masque de cuir). Sa musique, typique du son Nashville du Deep South, évolue désormais vers un son très pop et donc plus mainstream. Son nouvel album s’appelle Bronco et voici l’un des points forts : Allez chérie, pleure.

Pour voir ce contenu Spotify, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêts.

Gérer mes options

Autre actualité cette semaine, Kungs, de son vrai nom Valentin Brunel, est au printemps de Bourges ce week-end. On se souvient du coup Cette fille. Depuis, sa carrière est en plein essor et le DJ français, né à Toulon en 1996, a sorti son deuxième album, Club Azur, fin mars. Il était chez Laurent Ruquier hier soir Nous vivons sur France 2 – et ce soir sur les ondes de France Culture :

Pour voir ce contenu Spotify, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêts.

Gérer mes options

CE BOX-OFFICE DE L’ÉVÉNEMENT”BIENVENUE DANS LA JUNGLE : QUELLES ÉCOLES “COM” DEVIENNENT DE BONNES COMMUNICATIONS ?” A PARTIR DU 24 AVRIL 2022.

RÉSEAU SOCIAL | Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast, mais aussi pour visionner des photos, des vidéos et afficher des playlists : Instagram | Indonésie | Facebook | LinkedIn | Spotify

NOUVELLES DE LA PUISSANCE DOUCE | Pour mieux le comprendre, notre radiographie de la Génération Z. Pour une nouvelle éthique du streaming musical, notre conseil est de se réapproprier sa musique. Pour tout comprendre de l’actualité numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour réfléchir au numérique. Et pour en savoir plus sur la pensée écologique, nous avons créé une bibliothèque idéale de penseurs écologiques.

••• Vous pouvez nous écrire pour nous faire part de vos réactions, commentaires, critiques. Soft Power, France Culture, 116 avenue du président Kennedy 75016 PARIS ou par mail directement à marcelo.velit@radiofrance.com

Leave a Comment