Hausse des prix de l’essence et du gazole : pourquoi les carburants coûtent aussi cher

Après les hausses du gaz, de l'électricité et des matières premières, les entreprises doivent faire face à la hausse du coût du carburant.
Après les hausses du gaz, de l’électricité et des matières premières, les entreprises doivent faire face à la hausse du coût du carburant. (© Jean-Paul BARBIER / La Presse de la Manche)

14 centimes. C’est l’augmentation qu’a connue le litre de gazole entre la première et la deuxième semaine de mars.

C’est du jamais-vu dans l’histoire. Et si le prix du litre de gazole a beaucoup augmenté, celui d’essence a, lui aussi, fait un bond : +7 centimes d’euros.

Cette hausse des prix est due à la guerre en Ukraine, mais pas seulement. Décryptage.

Le prix du baril de Brent

Une des raisons de cette augmentation fulgurante est la reprise économique après le Covid.

En fait, le prix des carburants dépendants, dans un premier temps, du prix du baril de Brent, “la référence mondiale du cours du pétrole”, comme le précise Olivier Gantois, président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip).

Le prix des 100 millions de barils consommés chaque jour dans le monde est calculé à partir d’une cotation effectuée par des agences telles que Refinitiv oil research. Cette cotation est établie en fonction de l’offre et de la demande. « Comprenez qu’il ne faut pas qu’il y ait trop d’offre, sinon la demande – et les prix – vont s’effondrer », remarque Olivier Gantois.

Vidéos: en ce moment sur Actu

C’est en partie pour cela que le carburant s’est mis à augmenter. Partout dans le monde, la production repart en flèche après des mois à l’arrêt à cause de l’épidémie de Covid-19. “Plus de demande, donc le prix augmente. C’est logique », insiste le président de l’Ufip.

Le taux de change euro / dollar, facteur non négligeable

Le prix des barils est indexé en dollars. Et c’est la deuxième raison qui permet d’expliquer cette hausse des prix.

« Il faut le convertir en euro, selon un taux qui varie en fonction de la force de chacune des monnaies. Oui, l’euro est fort, le prix du pétrole va être moins cher en Europe. En revanche, oui l’euro est juste par rapport au dollar, le prix du pétrole soir plus élevé pour les Européens » écrit Total, sur son site internet.

Comme en ce mois de mars 2022, 1 euro vaut 1,10 dollar, le prix du pétrole semble augmenter. Et c’est le cas.

Le prix du carburant en lui-même

Le prix d’achat des carburants par les fournisseurs est également un facteur non négligeable dans le prix final.

Avant d’être vendu à la pompe, il est évident acheté aux fournisseurs. Mais pas à n’importe ce prix : comme pour le baril de Brent, le s’agit d’un montant établi, qui peut fluctuer et est “établi par continent”.

«Pour l’Europe par exemple, on s’aligne sur une autre cotation, définie à Rotterdam. On parle tout simplement du prix Rotterdamc’est la référence », explique Olivier Gantois.

Et celui-ci s’est tout bonnement affolé avec les conflits en Ukraine : « L’Europe importe une grande partie de son gazole depuis la Russie. Sur les 6 tonnes importées en 2020, un quart est venu de la Russie ».

Âge la crainte de voir un embargo de l’Union européenne a fait tellement peur que le prix du gazole a grimpé en flèche. C’est pour ça qu’il est, ce mercredi 9 mars 2022, à 1.8831 contre 1.8713 pour le sans plomb 95 E10. Alors qu’historiquement, la gazole était moins chère.

Et puis le stockage, le transport, les frais de la gare…

Le prix total d’un litre d’essence inclut ce qu’on appelle la marge brute de distribution. « C’est elle qui permet de financer le transport, le stockage, les frais éventuels de la station service, etc. ”

Cela représente une vingtaine de centimes sur le coût d’un litre de carburant. Une fois ces frais déduits, on arrive à la marge des vendeurs : un centime par litre. Ni plus ni moins.

Fiscalité importante

Et enfin, le dernier facteur à prendre en compte dans le calcul des prix des carburants : les impôts. “Elles représentent la moitié, voire plus, du coût total”. Et contrairement aux autres données incluses dans le calcul, les taxes sont fixes et ne bougent pas, peu importe l’état du marché.

Deux principales sont à noter : la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), fixée à 20 % du total hors taxe, et la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Cette dernière est une sorte d’impôt prélevé sur les produits destinés à être utilisés comme carburants.

« Par exemple, le 4 mars 2022, le prix du gazole était à 1,88 €. Dans ce prix, il faut décompter 92 centimes de taxes. Le même jour, le sans plomb 95 E5 était à 1,89 euro dont 1,01 euro de taxe », a conclu Olivier Gantois.

Si vous n’arrivez pas à lire le graphique, cliquez ici.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’Espace Mon Actu. En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villages et marques préférés.

Leave a Comment