Fauchés d’un AVC à 27 et 24 ans, ils ont su se reconstruire grâce à l’amour

27 pour elle, 24 pour lui. Élise et Louis ont tous deux subi des AVC aux conséquences très graves. Cependant, ils ont pu récupérer. Chacun individuellement d’abord, puis ensemble, grâce à une rencontre sur les réseaux sociaux. « Ce sont des jeunes de leur temps, sourit Romain Potocki. La voix pleine d’admiration, cet homme aux multiples casquettes (documentariste, journaliste, photographe), « conteur » comme il aime à se nommer, les a suivis pendant trois ans et raconte leur histoire dans un émouvant documentaire pour France 2. .

Comment avez-vous rencontré Élise et Louis ?
C’était un ami qui avait lu un article dans un journal et m’en avait parlé. C’était il y a trois ans. Et trois jours après les avoir appelés, je les avais rejoints en Pologne où Louis avait été victime d’un accident vasculaire cérébral et où ils terminaient leur tour d’Europe. J’ai tout de suite senti que quelque chose d’incroyable s’exprimait avec eux. Une astuce très universelle, c’est-à-dire comment se remettre d’une blessure.

Cela vous a-t-il fait suivre pendant trois ans ?
Au début non. Nous avons tous eu nos activités : Élise est médecin, Louis a repris ses études, mais nous sommes toujours restés en contact. Mais quand Louis m’a appelé l’année dernière pour me dire qu’il avait fait un rêve qui ne lui était pas arrivé depuis sept ans, je me suis dit que je voulais faire un grand film pour raconter sa vie. Et en passant trois ans à ses côtés je les ai vus évoluer, elle a réappris à marcher, il a reparlé, c’est extraordinaire !

Je fais des films depuis vingt ans et j’ai rarement vu un film qui touche autant les gens. C’est une véritable histoire d’amour et c’est très bon pour les gens, surtout en cette période très effrayante.

Romain Potocki (réalisateur du film “Elise et Louis”)

Sa détermination est assez incroyable aussi…
Revenir d’un accident vasculaire cérébral comme ils l’ont fait lorsqu’ils étaient extrêmement graves, c’est tout simplement fou. Quand je la rencontre ça fait 5 ans que c’est arrivé. Par exemple, Élise s’engage à faire deux heures d’autorééducation et de renforcement musculaire par jour pour pouvoir utiliser ses mains et ses jambes. On la voit chez son médecin et parfois ça ne marche pas. Mais nous allons la suivre et voir ses progrès.

Elise fait chaque jour des exercices importants pour essayer de retrouver l’usage de sa main.

Où êtes-vous aujourd’hui?
Ils sont basés en Haute-Savoie où nous avons eu une belle avant-première avec eux. Ils font à nouveau du vélo ensemble. Ce dimanche (aujourd’hui, ndlr) concerne aussi le lac d’Annecy. Élise est médecin et Louis travaille entre Paris et chez lui. Tu es en pleine forme, toujours aussi belle ! (des rires)

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans cette rencontre ?
Élise et Louis ont la trentaine, une quinzaine de moins que moi. Ils disent que je suis comme un grand frère pour eux, mais j’ai l’impression que c’est le contraire. Parce qu’à chaque fois que je les vois, j’apprends quelque chose de nouveau. Avec ce qui leur est arrivé, n’importe qui se serait effondré, aurait lâché prise, et nous ne les aurions pas blâmés.

L’Amérique, la jeunesse et Sylvain Tesson : le Salon du livre de Brive (Corrèze) d’après François Busnel

Quel message souhaitez-vous faire passer avec ce film ?
L’amour est tout?! (rires) Quand l’amour est là, ça change tout.

L’extraordinaire n’est pas qu’ils se soient remis d’un AVC, mais qu’ils se soient rencontrés grâce à lui et c’est la meilleure chose qui pouvait leur arriver. Vous êtes plus heureux aujourd’hui qu’avant. l’amour peut tout faire !

Romain Potocki (vide)

Et votre film sera accompagné par la musique de Vincent Delerm…
Il m’a laissé utiliser sa musique pour le film et c’est incroyable parce qu’on dirait qu’il a été fait pour ça. La musique de Vincent Delerm est exactement ce que sont Élise et Louis, un mélange de grandeur, de vitalité et de petites joies.

13h15 sur France 2. “Élise et Louis”, un documentaire de Romain Potochi, sur une musique de Vincent Delerm, en quatre épisodes de 22 minutes, à voir en direct ou en rediffusion ce dimanche 25 septembre sur francetvinfo.fr

Interview réalisée par Maxime Escot

Leave a Comment