“Est-ce normal qu’un transfert d’Ash se retrouve sur TikTok ?” Chelsea, entrepreneure de pompes funèbres à Bruxelles, explique sa démarche

La vidéo d’un transfert d’Ash postée récemment sur le réseau social TikTok a choqué certaines personnes. Ces photos ont été publiées par un agent d’un funérarium bruxellois. La jeune femme veille à ce que sa démarche soit explicative. Chelsea explique également pourquoi elle effectue cette manipulation. De son côté, le président de l’association ne juge pas ce type de publication approprié. “C’est un peu morbide et borderline”, répond-il.

Alors qu’il regardait des vidéos sur TikTok, un utilisateur du réseau social a été choqué par des images postées par une maison funéraire. “Pensez-vous qu’il est normal, ou du moins respectueux, qu’une émission d’Ashes se retrouve sur TikTok ? N’y a-t-il plus de respect pour les morts ? Ce n’est pas parce qu’ils sont dans la cendre qu’ils n’ont plus droit à un minimum de décence.” il apprécie via le bouton orange Alertez-nous.

Cette vidéo a été publiée récemment. Dans les images on découvre une jeune femme ouvrant une urne funéraire puis enfilant un masque pour verser les cendres dans une autre urne destinée à être enterrée, c’est-à-dire à être enterrée. La poussière vole facilement pendant ce transfert.

“J’aime le fait de rendre un dernier hommage au défunt”

Le nom de la jeune femme est Chelsea. Le jeune homme de 29 ans est employé depuis deux ans par une maison funéraire familiale à Bruxelles. “J’y ai effectué un stage dans le cadre de mon apprentissage.Elle explique.

Chelsea a récemment commencé à exercer ce métier extraordinaire. “Ce métier m’a toujours attiré. Pendant ma détention, j’ai vu une offre de travail dans une morgue. J’ai regardé les qualifications requises et j’ai constaté qu’il existe une formation spécifique à Bruxelles. Alors j’ai commencé dit la jeune femme.

Son métier est sa passion. “J’aime le fait de me souvenir une dernière fois du défunt et d’accompagner une famille dans un moment particulièrement douloureux. Je vais les aider à traverser cette phase difficile.”confie l’agent.

“C’est vraiment une explication”

Alors qu’elle entame son apprentissage d’un an, Chelsea décide de se lancer dans la réalisation de vidéos sur Instagram pour satisfaire la curiosité de ses proches. « Au début, je répondais surtout aux questions de mon entourage car c’est encore un sujet tabou. J’ai montré ce que j’apprends à l’école., Elle explique. “Ensuite, je voulais expliquer mon quotidien en tant que directeur de pompes funèbres. C’est donc vraiment une démarche explicative, car on se rend compte que beaucoup de gens l’ignorent et se sentent perdus lorsqu’ils y sont confrontés. Si nous obtenons des informations à l’avance, cela peut aider »pense la jeune femme.

La vidéo la plus regardée est celle de la préparation d’un cercueil pour un bébé

Récemment, le natif de Bruxelles a également décidé de partager des vidéos sur TikTok. Par exemple, la jeune femme prépare un cercueil ou reçoit une livraison de couronnes. “Je n’ai jamais eu autant de vues. Il a explosé. TikTok est un réseau social qui permet plus de visibilité. La vidéo la plus regardée est celle de la préparation d’un cercueil pour un bébé. Quand tu dois préparer les funérailles d’un enfant, c’est la partie du travail que tu détestes le plus”, dit Chelsea.

See also  Aide médicale à mourir | Le procès des restants

Selon elle, les commentaires sont globalement positifs : “Certaines personnes me disent que c’est courageux et me racontent leur histoire personnelle de perdre un être cher. Il y a aussi la curiosité. Et bien sûr, il y a toujours des gens qui trouvent ça choquant, et je le comprends.”

En diffusant la vidéo des cendres placées dans une urne, elle avoue avoir eu des doutes. “Je me suis dit : “Ça passe ou ça casse”. Il y a eu un commentaire négatif”l’assure.

Pourquoi Chelsea fait-il ce transfert des Cendres ?

Regarder un clip vidéo mettant en scène les restes d’une personne décédée peut en effet sembler déroutant. Au-delà de ce ressenti, plusieurs questions se posent au regard de ces images. Tout d’abord, pourquoi Chelsea effectue-t-il ce transfert Ash ?

“L’urne noire est l’urne que le crématorium a donnée après la crémation. La famille du défunt a demandé d’enterrer les cendres à l’étranger. Pour cette raison, je transfère les cendres dans une autre urne en bois naturel plus beau. C’était le testament de la famille “, explique l’agent. “C’est la première fois que je fais ce genre de manipulation” Elle ajoute.

Selon le Bruxellois, les gens s’interrogent aussi sur «mini-urnes” avec une partie des cendres à garder à la maison. “Les autres sont enterrés, dispersés ou stockés dans un columbarium.dit Chelsea.

Selon la loi, les proches d’un défunt peuvent disposer des cendres de la dépouille mortelle de différentes manières. Tu peux :

• placer dans une urne pour être inhumé au cimetière ou déposé dans le columbarium du cimetière
• Dispersez-les sur une pelouse spécifique du cimetière
• de les distribuer dans les eaux territoriales bordant le territoire belge
• les transférer à l’étranger

See also  Législatives 2022 : Meaux, la ville de Jean-François Copé, tiraillée entre LFI et RN

Le défunt peut aussi avoir demandé par écrit de son vivant que ses cendres soient dispersées, conservées ou enterrées ailleurs. Il doit en faire la demande à la municipalité ou le préciser dans son testament.

Les proches peuvent également entreprendre cette démarche sur demande écrite à la commune.

“Le crématorium remet les cendres d’un défunt dans une urne fermée à clé”

Habituellement, cependant, ce n’est pas le croque-mort qui manipule les cendres. “Le crématorium remet les cendres d’un défunt dans une urne fermée à clé. C’est le fossoyeur en tant que représentant de la communauté qui les ouvre, par exemple pour disperser les cendres dans le cimetière.”déclare Jean Geeurickx, président de la Fédération wallonne des pompes funèbres.

« Une famille peut aussi demander qu’une partie symbolique des cendres soit conservée. Par exemple, si une grand-mère décède, nous pouvons donner aux enfants des cendres dans trois petits flacons s’ils le demandent. C’est permis. Nous amenons ensuite les flacons au crématorium, et ce sont eux qui effectuent ces manipulations”, complète le président.

Enfin, si une famille souhaite inhumer les cendres en Belgique ou à l’étranger, une urne spéciale doit être prévue. “Dans ce cas, vous devez utiliser une urne non métallique et biodégradable puisque l’urne sera enfouie dans le sol.”, précise Jean Geeurickx. C’est la situation évoquée par Chelsea. “En général, les cendres ne sont pas transférées d’une urne à une autre. Idéalement, on conserve l’urne scellée du crématorium, que l’on place dans une urne cérémonielle plus grande. Il n’y a donc pas de manipulation de cendres. L’urne électorale est comme une enveloppe. Et si les cendres doivent être manipulées, cela est généralement fait par un employé du crématorium.”, assure le président de l’association. Pour chaque étape, vous devez aviser la municipalité.

Je trouve filmer ça un peu morbide et borderline

Lorsque Jean Geeurickx a découvert l’existence de cette vidéo, il a avoué être perplexe. “Pourquoi montrer ça ? Je trouve le tournage un peu morbide et borderline. Ce n’est pas une référence à nos habitudes. C’est le mauvais côté de notre monde actuel où nous prenons des vidéos et des photos de tout”, Il regrette.

See also  Halle : Michel Chapuis, maire du Puy, a été placé en garde à vue mercredi

Chelsea peut-il filmer et diffuser ce type d’images ?

Une autre question se pose : Chelsea est-il autorisé à filmer et diffuser ce type d’images ? La jeune femme affirme que ses vidéos respectent la dignité des défunts et de leurs familles. “Je ne montre pas de photos ni de noms car aucune identité ne peut être révélée. Je reste neutre et me mets à la place de la famille. Le choix de la musique est également bien pensé”Il soutient la Bruxelloise.

“Selon le RGPD (Note : Règlement général sur la protection des données), ils ne sont pas à blâmer car une personne décédée n’existe plus. Cependant, cela peut poser un problème éthique. Je ne vois pas trop d’intérêt à diffuser ça par vidéo, même si c’est dans son droit et dans le respect de la dignité”, estime le président de l’association.

Il est interdit de prendre des photos du défunt et de les transmettre

Par contre, selon les règles générales de l’industrie funéraire, il est interdit de prendre des photos du défunt et de les transmettre. “Récemment, un entrepreneur de pompes funèbres en Flandre a publié des photos du défunt sur les réseaux sociaux. Les parents ont vu ces photos et ont porté plainte auprès de notre association nationale, qui a porté plainte au civil. Le patron de cet employé n’était pas au courant”regrette Jean Geeurickx et précise qu’une affaire judiciaire est pendante.

Pour lui, ce genre d’attitude”honteux” et nuit aux affaires. « La première qualité d’un croque-mort, c’est la discrétion. Il doit tout entendre mais ne rien pouvoir dire.souligne le président de l’Association.

De son côté, Chelsea affirme n’avoir jamais eu de retour de famille, selon ses publications. Elle insiste sur le fait que sa démarche est purement explicative et conforme au mode actuel de diffusion virtuelle de l’information.

Leave a Comment