EN DIRECT | Charles Michel appelle l’Europe à imposer des sanctions sur le gaz et le pétrole russes

Il est 14 heures, voici le point sur la situation en Ukraine à la mi-journée.

  • Situation “catastrophique” à Marioupol – Dans la ville assiégée et bombardée depuis des semaines, “la population se bat pour survivre. la situation humanitaire est catastrophique», affirmait dans la nuit de dimanche à lundi le ministère ukrainien des Affaires étrangères sur son compte Twitter.
  • Combats féroces dans l’est de l’Ukraine – Les combats ont eu lieu près d’Izium, selon un conseiller de la présidence. A Oskil, un village voisin, sept personnes ont été tuées et cinq blessées dans des tirs d’artillerie russe, selon le bureau du procureur régional. Dans la région de Lougansk, une personne serait décédée.
  • Pas de couloir humanitaire ce lundi – “Nos services de renseignement ont fait état de possibles provocations de la part des occupants sur les tracés des couloirs humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité pour les civils, aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd’hui”, a écrit la vice-première ministre Iryna Vereshchuk sur Telegram.
  • Nouveau cycle de négociations – La Russie et l’Ukraine n’ont pas encore fait de “progrès significatifs” dans leurs négociations visant à mettre fin au conflit en Ukraine, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
  • Les remarques “alarmantes” de Biden – Le Kremlin a dénoncé les propos “alarmants” du président américain Joe Biden qui a qualifié samedi son homologue russe Vladimir Poutine de “boucher”, jugeant qu’il ne pouvait “pas rester au pouvoir” après son invasion de l’Ukraine.

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions : le point sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

– Situation “catastrophique” à Marioupol –

A Marioupol (sud-est) assiégée et bombardée depuis des semaines, “la population se bat pour survivre. La situation humanitaire est catastrophique”, a déclaré dans la nuit le ministère ukrainien des Affaires étrangères sur son compte Twitter.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé un blocus total de cette ville où plus de 2 000 civils ont été tués, selon un récent bilan communiqué par la mairie.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dimanche qu’il s’entretiendrait avec son homologue russe Vladimir Poutine lundi ou mardi pour organiser une opération d’évacuation de la ville. Selon le président ukrainien, quelque 100 000 personnes sont toujours bloquées dans ce port stratégique de la mer d’Azov.

– Combats acharnés à l’Est –

Dans l’est de l’Ukraine, de violents combats ont encore eu lieu dimanche soir près d’Izium, selon un conseiller de la présidence. A Oskil, un village voisin, sept personnes ont été tuées et cinq blessées dans des tirs d’artillerie russe, selon le bureau du procureur régional.

Dans la région de Lougansk, une personne est morte et une autre blessée dans des bombardements russes, a indiqué le chef de l’administration régionale Serguiï Gaïdaï.

– Pas de couloir humanitaire lundi –

« Nos services de renseignement ont fait état de possibles provocations de la part des occupants sur les tracés des couloirs humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité pour les civils, aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd’hui », a écrit le vice-Premier ministre. La ministre Iryna Vereshchuk sur Telegram.

– “La neutralité” de l’Ukraine à l’étude –

L’une des clauses centrales des négociations avec la Russie concerne “les garanties de sécurité et de neutralité, le statut dénucléarisé de notre Etat”, une exigence de Moscou, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une interview aux médias russes.

“Nous sommes prêts à l’accepter”, a-t-il poursuivi. “Ce point des négociations (…) est en discussion, il est étudié en profondeur”, a-t-il assuré.

– Nouveau cycle de négociations –

Jusqu’à présent, la Russie et l’Ukraine n’ont pas réalisé de “progrès significatifs” dans leurs pourparlers visant à mettre fin au conflit en Ukraine, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Les délégations russe et ukrainienne sont attendues lundi à Istanbul (Turquie) pour une nouvelle session de discussions en face-à-face, qui devrait débuter mardi.

– Les propos “alarmants” de Biden –

Le Kremlin a dénoncé les propos “alarmants” du président américain Joe Biden qui a qualifié samedi son homologue russe Vladimir Poutine de “boucher”, jugeant qu’il ne pouvait “pas rester au pouvoir” après son invasion de l’Ukraine.

“Cette déclaration est sans aucun doute alarmante”, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, soulignant que Moscou continuerait à suivre “très attentivement” les propos du président américain.

– Incendies à Tchernobyl –

De nouveaux incendies se sont déclarés dans la zone de la centrale nucléaire de Tchernobyl, occupée par les forces russes, selon les autorités ukrainiennes qui ont appelé à la “démilitarisation” du secteur sous l’égide de l’ONU.

– Heineken se retire de Russie –

Le brasseur néerlandais Heineken a annoncé lundi qu’il quitterait la Russie, où il compte 1.800 salariés, à cause de la guerre en Ukraine qui continue “de se dérouler et de s’intensifier”.

– Plan d’aide en Espagne –

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a annoncé lundi un plan d’aides directes de six milliards d’euros aux ménages et aux entreprises, comprenant des subventions aux carburants, pour compenser les conséquences économiques de la guerre en Ukraine.

– Près de 3,9 millions de réfugiés –

Un peu plus de 40.000 réfugiés ont fui l’Ukraine ces dernières 24 heures, portant le nombre total de personnes tentant d’échapper aux combats déclenchés par l’armée russe le 24 février à près de 3,9 millions, selon le décompte de l’ONU publié lundi.

Leave a Comment