Disparition de Delphine Jubular : qu’est-ce que la « surveillance des réseaux », cette technique innovante qui relance complètement l’enquête ?

Une technique qui a notamment permis de déterminer que, contrairement aux affirmations de son mari, son téléphone n’avait jamais quitté le domicile conjugal.

L’affaire d’anniversaire est-elle à un tournant ? Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, le mystère entourant Delphine, infirmière et mère de deux enfants, a disparu, naviguant dans un brouillard total. Et quand les enquêteurs manquent cruellement de preuves accablantes, la justice les a pointées du doigt principal suspect : son mari, Cédric Jubillar. Ce plâtrier a été inculpé le 18 juin 2021 et incarcéré dans la foulée de la maison d’arrêt de Seysses près de Toulouse. Depuis lors, toutes ses demandes de publication ont échoué

A lire aussi :
Disparition de Delphine Jubular : De nouvelles preuves ont été ajoutées au dossier, Cédric Jubular doit s’expliquer

Au plus tard : ce jeudi. Un refus, assorti d’une nouvelle citation à comparaître devant le juge chargé de l’enquête ce vendredi. En fait, un nouveau rapport a récemment été ajouté au dossier. Selon la connaissance que Le téléphone de Delphine serait toujours resté au domicile du couple. Une affirmation qui réfute la thèse de Cédric Jubillar selon laquelle Delphine aurait fait une promenade de chien avec son téléphone, un Huawei P30 Pro.

Pour arriver à de telles affirmations, les enquêteurs ont utilisé une technique novatrice dans les enquêtes policières : la surveillance du réseau.

Professionnels de l’informatique

En effet, les gendarmes avaient constaté dans un premier constat que le téléphone était limité à un rayon de 2 km autour de l’appartement. Mais pour faire avancer l’enquête, ils ont demandé informaticiens pour … effectuer une “surveillance du réseau”. Autrement dit “une analyse approfondie de la couverture des relais téléphoniques sur une zone donnée”, selon RTL. Notamment pour détecter l’activité sur les réseaux connus “la connexion entre la cellule de l’antenne relais la plus proche et l’appareil”résume 20 minutes.

“Ils ont sélectionné huit points avec un expert Cagnac les Mines et seulement deux, rue Yves Montand au niveau de la maison Jubillar, sont compatibles avec les cellules activées sur les treize relais téléphoniques du secteur dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020., poursuit RTL. Des experts qui alertent néanmoins sur la justesse de leurs résultats, notamment en raison de l’architecture réseau différente depuis 2020.

Une technique novatrice, mais âprement contestée par les défenseurs, qui n’ont pu empêcher leur client de s’expliquer à nouveau ce vendredi.

Leave a Comment