Deux policiers de la ville ont été lynchés près d’un point de vente

L’un des policiers a été jeté à terre après avoir reçu un coup de pied dans la poitrine. Une enquête a été ouverte et une personne a été interpellée dans la nuit.

Sortez du jeu du chat et de la souris : désormais les patrons des petites communes ne manqueront plus une occasion d’agresser physiquement les policiers, qu’ils soient issus de la police nationale ou municipale, qu’ils soient à pied, à pied, à moto ou dans leur des véhicules banalisés circulent sur la route.

VOIR ÉGALEMENT – Fusillades policières à Paris : une reconstitution organisée sur le Pont-Neuf

Alors que tout le pays vibrait au son des concerts de rue à l’occasion de la fête de la musique mardi soir, plusieurs policiers municipaux de Saint-Denis (93) ont fait les frais de cette recrudescence de la violence, lynchés en pleine rue par tout un gang, a-t-on appris ce mercredi de source policière alors que la vidéo de l’attaque circulait sur les réseaux sociaux.

Les faits se sont produits vers 20h30 dans la commune sensible de Gabriel Péri, connue comme plaque tournante du trafic de drogue et qui compte plusieurs points de négoce bien implantés. Deux policiers de la ville en patrouille repèrent un guetteur déambulant dans la ville de Péri à vélo. Vous décidez immédiatement de procéder au contrôle de cet individu, puis de le verbaliser. Ils étaient accompagnés à l’époque de plusieurs collègues de la Brigade spécialisée de terrain (BST). “Nous sommes venus avec eux et avons confisqué le vélo. Tout allait bien alors parce qu’on est la BST et qu’on nous fait peur parce qu’on les appelle souvent‘ explique l’un d’entre eux.

Les voyous feront tout pour protéger leur juteuse monnaie d’échange !»

Mais dès le départ des agents de la BST, une bande d’une dizaine de personnes, toutes vêtues de noir, a agressé physiquement les deux policiers de la ville. Dans la vidéo diffusée sur Twitter, on peut voir comment l’un des policiers est jeté à terre après avoir reçu un coup de pied dans la poitrine, tandis que l’autre tente par tous les moyens de repousser ses agresseurs, essuyant plusieurs coups. “Ils sont allés chercher la police de la ville et se sont assurés d’attendre que nous quittions la scène du crime et que nous terminions notre devoir. Ils connaissent nos horaires par coeur‘ poursuit le même agent. Malgré la violence de l’attaque, les deux agents s’en sont sortis indemnes. Le parquet de Bobigny a immédiatement ouvert une enquête et une personne a été interpellée vers 2h30 ce soir-là.

Les voyous feront tout pour protéger leur juteuse monnaie d’échange !», sInsurge Matthieu Valet, porte-parole du Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP). Ils doivent être sûrs que s’ils attaquent un policier, ils iront systématiquement en prison, même pour une courte peine. Avec ce type d’agression, il faut craindre une punition sévère et une incarcération systématique.»

Trois personnes ont été interpellées dimanche dans le quartier Bois-l’Abbé de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) alors qu’elles refusaient à nouveau d’obtempérer. Deux d’entre eux se sont rebellés et ont blessé deux policiers. Le même soir, une quarantaine de riverains auraient attaqué le poste de police pour libérer les trois suspects Le Parisien . La veille au soir, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), un policier a été battu à coups de matraque par une bande alors qu’il rattrapait et interpellait un homme qui se trouvait dans un véhicule qui refusait de se faire contrôler. Il a été crédité de 15 jours d’invalidité totale (ITT).


VOIR ÉGALEMENT – Abdoulaye Kanté : un flic en guerre contre ceux qui “cassent le flic”

See also  Tristes records pour la santé des lacs du Québec

Leave a Comment