Des vitamines sont données à la baleine

L’état de la baleine, qui se trouve dans une écluse à 70 km de Paris depuis vendredi, devient de plus en plus préoccupant. En mai, une orque est morte de faim dans la même situation.

Le béluga, qui vit dans la Seine à environ 70 km de Paris, va recevoir des vitamines pour l’aider à retrouver l’appétit lorsqu’il arrête de manger, a indiqué samedi la préfecture de l’Eure. “Les vitamines sont administrées par un vétérinaire avec les moyens habituels, fléchettes (…). Vous n’avez pas à être impressionné par cette technologie» a expliqué Isabelle Dorliat-Pouzet, secrétaire générale de la préfecture de l’Eure, lors d’une conférence de presse samedi près de l’écluse de Notre-Dame-de-la-Garenne.

VOIR ÉGALEMENT – Béluga en Seine : Sea Shepherd à la recherche de l’animal

Le béluga, une baleine de quatre mètres de haut dont la présence dans la Seine est exceptionnelle, a continué à ne rien manger samedi alors qu’il se trouvait dans une écluse mesurant environ 125m sur 25m depuis vendredi. .

C’est un individu assez émacié et il semble avoir du mal à manger.“, a déclaré Mme Dorliat-Pouzet. Les tentatives de le nourrir avec des harengs morts puis des truites vivantes ont apparemment échoué.

Les hypothèses pour empêcher la mort de la baleine incluent la réouverture “de l’écluse à la mer à 160 km pour qu’il puisse poursuivre sa route“Ou gardez-le dans la piscine”pour retrouver son appétit“.

Interrogée sur la possibilité de l’extraire du bassin, Mme Dorliat-Pouzet a répondu que ce n’était pas l’hypothèse privilégiée car les spécialistes n’étaient pas sûrs.que le béluga est assez fort pour supporter cette manipulation“.

Chaque décision est prisedans l’intérêt de l’animal” et “pas encore de décision prise« Alors que des analyses sont attendues, a réitéré le secrétaire général préfectoral.

“Petits Taches”

un autre article,petites tachesen surface, ce qui peut être naturel du fait de l’eau douce, mais aussi “autres difficultés‘ selon la même source.

Le béluga, c’était samedi”très tranquille“et aller et venir dans la piscine”calmes‘, a été repéré dans la Seine le 2 août.

En mai, un orque s’est mis en difficulté dans la Seine entre Rouen et Le Havre. La tentative de sauver la baleine avait échoué et l’animal était finalement mort de faim.

Selon Mme Dorliat-Pouzet, la situation entre l’orque et le béluga est «très différent“. L’Orque”était plus faible que le béluga” et “était hors du radar pendant un moment“.Ce sont”Deux animaux différents, l’épaulard est moins tolérant à l’eau douce que le béluga“, elle a expliqué.

Selon l’Observatoire Pelagis, spécialisé dans les mammifères marins, il s’agit du deuxième béluga connu en France après qu’un pêcheur de l’estuaire de la Loire en ait élevé un dans ses filets en 1948. Le béluga est une espèce protégée de baleine qui vit généralement dans les eaux froides.

See also  Peut-on vraiment « vivre avec le virus » ?

Leave a Comment