Covid-19 : sommes-nous prêts pour la huitième vague de l’épidémie ?

l’essentiel
Le nombre de cas positifs au Covid-19 est reparti à la hausse, marquant le début d’une 8ème vague de l’épidémie. Alors que de nouveaux vaccins arrivent, les gestes barrières restent indispensables.

Le début de la 8ème vague de Covid-19 sera-t-il la dernière de cette épidémie qui a secoué le monde ? L’idée a d’autant plus le vent en poupe que le coronavirus est apparu, des scientifiques avaient modélisé l’évolution de l’épidémie dans ce sens. Par exemple, le Center for Infectious Disease Research and Policy (Cidrap) de l’Université du Minnesota aux États-Unis a proposé un scénario épidémique de « flux et reflux » à long terme avec une diminution progressive de la hauteur des vagues.

Le 14 septembre, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la semaine précédente “le nombre de décès hebdomadaires signalés du Covid-19 était le plus bas depuis mars 2020”. « Nous n’avons jamais été mieux placés pour mettre fin à la pandémie. Nous n’avons pas encore atteint notre objectif, mais la fin est en vue », a assuré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus. Ce lundi, c’est le président des Etats-Unis, Joe Biden, qui était aux anges lorsqu’il a annoncé la nouvelle à CBS. « La pandémie est terminée, nous avons toujours un problème avec le covid, nous consacrons beaucoup de travail à ce dossier… mais la pandémie est terminée. Si vous regardez autour de vous, personne ne porte de masque et tout le monde a l’air plutôt bien. Donc je pense que ça change. »

Passé le cap du million de tests

Il n’en reste pas moins qu’avant que la fin de l’épidémie ne soit déclarée, cette 8e vague épidémique doit être vaincue. Les chiffres de la contamination en Allemagne, en Italie et en France augmentent à nouveau. Du 5 septembre au 11 septembre (semaine 36), le taux d’incidence a de nouveau augmenté pour la première fois après huit semaines de baisse, a constaté Santé publique France le 15 septembre. Hier le nouveau tableau de situation pour la semaine 37 faisait état d’une nouvelle hausse de +57%. Il y a eu une croissance dans la plupart des régions métropolitaines. Le taux d’incidence était de 293 pour 100 000 habitants, soit 198 833 nouveaux cas. L’augmentation est principalement due aux moins de 20 ans et aux 30 à 49 ans (plus de 50%).

Covid-19 en France

Covid-19 en France
MDD

Hier, le ministère de la Santé a annoncé que le nombre de tests de dépistage “a de nouveau dépassé le million” la semaine dernière : avec 1.132.300 tests PCR et antigènes validés entre le 12 et le 18 septembre, l’activité de dépistage “forte” a augmenté de 33% en 7 jours. Enfants et adultes confondus, le nombre quotidien de cas positifs a presque doublé en deux semaines et dépasse désormais les 30 000 (moyenne sur 7 jours).

En revanche, les indicateurs hospitaliers ont continué de baisser dans la plupart des régions. « À l’échelle nationale, 2 138 nouvelles hospitalisations (soit -2 %) et 216 nouvelles admissions en réanimation (-4 %) ont été enregistrées à la semaine 37. En Outre-mer, les indicateurs virologiques sont en baisse dans toutes les zones. »

Nouveaux vaccins et toujours gestes barrières

Cette augmentation des cas positifs est due au variant Omicron, qui “circule presque exclusivement en France” avec “sa sous-lignée BA.5”. [qui] est actuellement omniprésent. La Haute Autorité de santé a également donné mardi son feu vert à trois nouveaux vaccins anti-Covid “ciblant la souche originelle et les sous-variantes BA.4 et BA.5 d’Omicron. »

“A court terme et parce que le nombre de cas d’infection repart à la hausse depuis quelques jours”, la HAS recommande de ne pas différer le deuxième rappel de vaccination des personnes de plus de 60 ans et de moins de 60 ans s’il existe un risque de maladie grave. formulaire, qui ne l’aurait pas fait dans le délai recommandé.

Compte tenu d’une couverture vaccinale insuffisante, en particulier du deuxième rappel chez les personnes âgées, il est urgent d’intensifier les efforts de vaccination. Au 19 septembre, seuls 28,7 % des 60 à 79 ans (34,2 % des bénéficiaires selon le temps écoulé depuis la dernière injection) et 36,4 % des plus de 80 ans (47,8 % des bénéficiaires) avaient reçu une deuxième vaccination de rappel.

Au-delà de la campagne de vaccination, qui doit être poursuivie voire renforcée pour rappel, les Français doivent aussi renouer avec le respect des gestes barrières. « Dans un contexte d’intensification de la propagation du SRAS-CoV-2, le respect d’un ensemble de mesures de protection des personnes vulnérables reste indispensable : vaccination à jour, isolement en cas de test positif et/ou de symptômes, utilisation des gestes barrières, dont le port systématique d’un masque en présence de personnes vulnérables ou en cas d’encombrement des espaces clos et lavage des mains”, rappelle Santé publique France, alors que le gouvernement a réactivé sa campagne de communication sur les gestes barrières.

Leave a Comment