Contrôle technique obligatoire 2023 pour les motos en Wallonie : Gérard a-t-il raison de son indignation ?

A partir du 1er janvier 2023, un contrôle technique pour les motos sera instauré en Wallonie. Obligatoire, elle ne peut être réalisée qu’après un accident ou lors de la revente du véhicule. Une mesure de protection pour l’acheteur, mais aussi de sécurité pour le motard accidenté.

“Ils veulent imposer un contrôle technique aux motos si un motard ne sort jamais sur la route sans faire contrôler sa machine ou avec une moto défectueuse.”, nous envoie Gérard via le bouton orange Alertez-nous. Indigné, ce motard ne comprend pas la décision de la Région wallonne : “L’imposer n’est pas une bonne chose, ça pique les motards dans le dos.”il croit.

Obligation TÜV pour les motos : oui, mais…

Belinda Demattia, porte-parole de l’Agence wallonne de sécurité routière (AWSR), a affirmé : “Quiconque achète une nouvelle moto et n’a pas eu d’accident n’a jamais à se rendre au TÜV.” De plus, contrairement aux voitures et aux camions, le contrôle technique ne sera pas régulier : “Cela signifie que nous n’avons pas à y retourner chaque année”, dit l’orateur.

En réalité, Ce contrôle technique obligatoire n’a lieu qu’après un accident ou lors de la vente d’une moto d’occasion à un particulier. Et pour Gérard c’est même une bonne chose : “Ce serait plus juste. Lors de l’achat d’un véhicule d’occasion, l’historique du véhicule est manquant. Ensuite l’acheteur n’est pas forcément un technicien, par exemple un jeune ne peut pas le vérifier. C’est bien et tout à fait normal.” il croit.

Une mesure pour protéger, mais aussi pour assurer la sécurité des motards

See also  José Gonzalez, l'inattendu Doyen du Palais-Bourbon

En général, seuls quelques accidents de la circulation impliquant une moto sont causés par un défaut technique “Les motards chouchoutent leur moto”, explique le porte-parole de l’AWSR. Cependant, il est important de réduire les risques et de vérifier l’état de la moto après un accident. Cette mesure offre ainsi une protection pour le consommateur, mais aussi une sécurité supplémentaire pour le motocycliste blessé.. « Nous vérifions si le véhicule est conforme à la norme et peut être conduit en toute sécurité », explique Belinda Demattia.

Les motos de catégorie L avec des cylindrées supérieures à 125 cm3 sont concernées. Cette obligation TÜV pour les motos entrera en vigueur le 01.01.ah janvier 2023 au prix de 48,50 €, tel qu’annoncé par le Gouvernement régional wallon le 24 mars. Une mesure qui a fait l’objet de discussions et de réflexions au sein d’un groupe de travail piloté par l’AWSR (Agence wallonne pour la sécurité routière) sur la base de la directive européenne relative aux conditions du contrôle technique des véhicules à deux ou trois roues.

Sur son site internet, la Région wallonne indique les éléments qui seront contrôlés :

  • identification du véhicule ;
  • équipement de freinage;
  • éléments d’éclairage et de circuits électriques;
  • Essieux, roues, pneus, suspension, châssis ;
  • Bruit.

Au total 7 centres de contrôle sont répartis sur le territoire wallon :

  • repères,
  • Eupen,
  • fleurus,
  • Habay-la-Neuve,
  • Allez en Famenne,
  • Couvin (Mariembourg)
  • Et bogue.

Cette liste est susceptible d’évoluer en fonction de l’évolution de la situation, annonce la région sur son site internet.

Qu’en est-il de l’entretien des routes dans la région ?

See also  Jeudy Politics - Législatives : Paris capitale de la radicalité

En parallèle, la région veille à travailler sur ses infrastructures pour les rendre plus sécuritaires pour les cyclistes. Pour Gérard ce sont justement les conditions routières qui causent la grande majorité des accidents de moto, nous explique-t-il : “Une de mes connaissances roulait à environ 20 km/h, il est tombé suite à une anomalie qui n’était pas visible au sol. Résultat : vélo et matos, 3 000 € de dégâts + clavicule et omoplate cassées ».

En cas d’accident lié à l’état des routes (nid de poule ou autre), la première chose à faire est d’identifier le gestionnaire de la voirie afin de constituer un dossier afin de recevoir une indemnisation. Deux outils sont à la disposition du chauffeur :

  • le numéro vert 1718, qui est un numéro vert, renseigne à tout moment un automobiliste sur le gestionnaire d’un réseau routier ;
  • ou l’application WalOnMap, qui recense toutes les routes faisant partie du réseau routier régional et donc gérées par le SPW (voir aussi ce site).

Si le réseau routier est régional et donc géré par la Région wallonne, une compensation peut être exigée. Le Service Public Wallonie (SPW) les renseigne sur l’ensemble de son site internet procédure à suivre, et les éléments que le fichier doit contenir :

  • Une description complète de l’accident avec la date et l’heure
  • La cause de l’accident et le processus exact
  • photos des dégâts
  • Photos de la scène de l’accident (assurez toujours la sécurité de l’utilisateur dans la mesure du possible)
  • Le devis ou la facture de réparation des dégâts
  • La police signalera quand la police sera venue inspecter les dégâts
  • Et les témoignages des personnes qui ont été témoins de l’accident, s’il y en a
See also  Décès en CHSLD pendant la pandémie | Les médecins généralistes « choqués et étonnés » par le rapport du coroner Kamel

Plus d’infos ici.

Leave a Comment