Cinq jardins japonais à visiter en automne

Les jardins japonais sont immédiatement en vogue lorsqu’ils sont découverts par les Européens visitant l’archipel au début de l’ère Meiji (1868-1912). Complètement différents des jardins classiques ou anglais, ils sont une reproduction du monde ou de la nature en miniature. Ainsi, en Europe, ont été reproduits des jardins de collines artificielles avec leur lac et leur pont rouge emblématique, des jardins de temples secs avec leur décor de roche, de mousse et de gravier, ou encore des jardins de thé au parcours codé.

Ces jardins sont particulièrement beaux au début du printemps, lorsque les magnolias ou les cerisiers sont en pleine floraison, et en automne, lorsque le feuillage des arbres asiatiques prend des couleurs extravagantes.

Le Jardin Pierre Baudis à Toulouse

Le pont rouge du jardin japonais de Pierre-Baudi dans le jardin Compans-Caffarelli à Toulouse.

Aménagé en 1981, le Jardin japonais de Toulouse s’étend sur une superficie de 7 000 m2, occupe une partie du vaste jardin public Compans-Caffarelli. Conçu par la Direction des Jardins et des Espaces Verts, il a été nommé en l’honneur de l’ancien maire de la Ville Rose, Pierre Baudis. C’est un jardin élégant tsukiyamaRecréation de la nature en miniature, avec des collines artificielles, un plan d’eau et une île paradisiaque, complétée par un jardin sec, partiellement entouré de murs.

Un pavillon de thé qui semble tout droit sorti d’un imprimé Hokusai s’inspire du célèbre palais de Katsura, construit à Kyoto au 17ème sièclee Siècle. L’emblématique pont rouge, couleur sacrée au Japon, est un trait d’union entre le monde des hommes et celui des dieux. D’autres éléments, minéraux – des rochers dressés artistiquement disposés, une mer de sable ou une rivière de gravier asséchée – composent avec la végétation – fleurs de cerisier, érable, bambou ou arbustes en forme de nuage – un paysage tranquille et inspirant.

Dans le jardin Compans-Caffarelli, Boulevard Lascrosses, Toulouse. Entrée libre. Informations pratiques sur Toulouse-tourisme.com

Le parc oriental de Maulévrier dans le Maine-et-Loire

Le parc oriental de Maulévrier dans le Maine-et-Loire.

Le “plus grand jardin japonais d’Europe” a été aménagé au début du 20ème sièclee Siècle par l’architecte Alexandre Marcel. Amateur d’art asiatique, le créateur du décor du cinéma La Pagode à Paris fit transporter des moulages de statues et une copie d’un temple dans le parc de son domaine de Maulévrier (qui comprenait à l’époque le Château Colbert voisin). Exposition Universelle de 1900. Il y construit une fausse pagode et y installe un emblématique pont rouge menant aux symboliques “Iles du Paradis”.

Il vous reste encore 62,21% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Comment