Chèques-restaurant, changement de nom, locations entre particuliers… Ce qui change au 1er juillet

Il change au début de chaque mois. Beaucoup de choses vont changer dans notre quotidien le 1er juillet, à commencer par la procédure d’état civil. Le Parisien liste ce qui va changer ce vendredi 1er juillet.

Retour à la normale pour le plafonnement de la carte restaurant

La limite quotidienne maximale des chèques-restaurant sera à nouveau de 19 EUR à partir du 1er juillet et ils ne pourront plus être échangés les week-ends et jours fériés. Le doublement de ce plafond à 38 euros et l’homologation de ce moyen de paiement les week-ends et jours fériés ont été décidés à la fin des premières restrictions de sortie en 2020.

Alors que la crise sanitaire se poursuivait, le dispositif a été renouvelé plusieurs fois, dernièrement de février au 30 juin. “Ces actions ont permis de relancer la consommation dans les restaurants” et “d’accélérer l’utilisation des tickets économisés par les salariés en raison des conditions sanitaires”, précise Bercy. “Aujourd’hui ces deux causes se sont éteintes” et “le stock de billets est épuisé”, les anciens billets de 2021 ont été remplacés par des billets valables pour 2022.

Changement de nom facile

A partir de cette date, il est donc beaucoup plus facile de changer de nom avec une simple déclaration d’état civil, sans avoir à formuler de motif. Selon la loi du 2 mars 2022 sur le choix du nom issu de la filiation, “une personne majeure peut choisir de porter le nom de sa mère, de son père ou des deux”, indique le lieu de service public.

See also  Visite papale : très peu de croyants dans les Plaines

Les motifs dits « émotionnels » de ceux qui souhaitent renoncer au nom d’un parent violent, incestueux, absent, ou pour d’autres motifs personnels suivent les mêmes procédures. Bien qu’elle simplifie grandement le processus, la loi n’ouvre pas la possibilité de prendre le nom de l’un ou l’autre des parents, seulement celui de l’autre parent.

Annonces de location entre particuliers engagés

Lors de la location d’un logement entre particuliers, les annonces doivent désormais indiquer le montant du loyer ainsi que les éventuelles majorations et frais annexes, la mention “Surface soumise à l’encadrement des loyers” si l’appartement en question est soumis à l’encadrement des loyers, le montant du loyer , le loyer de référence de base et majoré et le caractère meublé du loyer.

Les annonces doivent également indiquer la superficie du bien, sa localisation exacte, le montant du dépôt de garantie et le montant des taxes comprises dans les honoraires à la charge du locataire au moment de l’état des lieux. Le plafond des loyers entre également en vigueur dans le secteur résidentiel à Montpellier, qui interdit de louer un bien au-dessus d’un certain prix au mètre carré sauf cas exceptionnel. La métropole héraultaise rejoint Paris, Lille, Lyon, Villeurbanne et 18 communes de la Seine-Saint-Denis qui ont déjà appliqué ce dispositif. Bordeaux suivra à nouveau le 15 juillet.

Changement dans l’industrie de la transition énergétique

A partir du 1er juillet, il est possible de cumuler un éco-prêt sans intérêt d’un montant maximum de 30 000 euros avec MaPrimeRénov “pour favoriser la rénovation énergétique des bâtiments”, souligne le site à but non lucratif.

See also  Nicolas Sarkozy obtient un candidat LREM, son rival LR a honte de lui

Toujours dans le secteur de l’énergie, les nouveaux systèmes de chauffage ou d’eau chaude doivent respecter une limite d’émission de gaz à effet de serre de 300 gCO2eq/KWh PCI afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. « Ce plafond exclut automatiquement l’installation de nouvelles centrales fonctionnant au fioul et au charbon. Cependant, les installations existantes qui dépassent ce seuil d’émissions peuvent continuer à être utilisées, entretenues et réparées », a déclaré le gouvernement.

Augmentation de 4 % des pensions de vieillesse

Dans le cadre de sa loi « Pouvoir d’achat », le gouvernement a annoncé qu’il augmenterait de 4 % les pensions de base vieillesse et invalidité, ainsi que les allocations familiales et les minima sociaux. Il s’agit du Revenu de solidarité active (RSA), de l’Allocation adulte handicapé (AAH) et de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa). Cependant, ces augmentations, destinées à aider les ménages face à l’inflation, doivent encore être ratifiées par le Parlement au travers de deux projets de loi, dont un Finance Amendment Bill. Après le vote, elles devraient s’appliquer rétroactivement au 1er juillet.

Des frais plus clairs en assurance-vie

A partir du 1er juillet, les coûts des contrats d’assurance-vie et des régimes d’allocations de retraite (PER) deviendront plus transparents. Une nouvelle colonne répertoriant les coûts des contrats et les coûts en unités de compte (UC) sera ajoutée au tableau standardisé récapitulant l’ensemble des coûts de ces contrats, obligatoire depuis le 1er juin, pour une meilleure lisibilité et permettre la comparaison entre ces produits.

L’assurance-vie est de loin le premier investissement réalisé par les Français en hauteur. Ils économisent environ 1 850 milliards d’euros, selon les derniers chiffres du syndicat France Assureurs. L’encours des régimes de retraite (PER), produit introduit dans le cadre de la loi Pacte en 2019, a atteint environ 40 milliards d’euros.

See also  Elections législatives 2022 : Castaner, Ferrand, Keke... Les principaux résultats du second tour

Leave a Comment

x