bulletin météorologique. Quatre signes qui prouvent que l’été 2022 n’est plus “l’été comme avant”.

“Avant c’était mieux”. Si cette triste observation s’avérait être une erreur régulière, elle pourrait bien avoir sa justification météorologique, notamment au regard de la survenue d’épisodes de (trop) fortes chaleurs.

Là, ” Avant de “les étés étaient beaucoup moins caniculaires. « Ah oui, vraiment ? »sera le plus sceptique en réponse, arguant qu’il n’y a rien de plus normal que de voir les températures s’envoler en été.

Vous avez techniquement raison, mais le problème est que ces températures augmentent beaucoup plus cette année que par le passé. Ou plus souvent. Ou les deux. Et en effet on ne peut pas dire qu’on vit un été comme certains seraient tentés “comme ceux que nous avions avant”. Voici quatre signes qui le prouvent.

1 – Un début d’été historiquement chaud

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon les données publiées sur Twitter par François Jobard, prévisionniste à Météo France, la France n’a jamais connu les mois de mai, juin et juillet les plus chauds de son histoire récente que ceux de 2022.

“Le trimestre mai-juin-juillet 2022 se termine au 1er rang le plus chaud de France avec une température moyenne de 20,7°C”précise le prévisionniste, indiquant que la température moyenne enregistrée au dernier trimestre est supérieure de 2,2 °C à la moyenne de la période 1990-2020.

François Jobard précise également que les années 2003 et 1976, bien que significatives d’un point de vue météorologique, ont toutes deux connu des mois de mai, juin et juillet moins chauds, et parfois d’assez loin.

2 – Une succession de vagues de chaleur sans précédent

La France a connu pas moins de trois canicules entre début juin et fin juillet, ces épisodes où les températures ont été au-dessus de la normale pendant au moins trois jours.

See also  le comportement des parlementaires à nouveau au centre d'une réflexion

Ce nombre, qui devrait continuer à augmenter, est loin d’être négligeable car depuis 1947, date à laquelle Météo France a commencé à les recenser, le pays n’a connu « que » 45 incidents de ce type. S’il y a effectivement une nouvelle vague la semaine prochaine, 8 % de toutes les vagues de chaleur depuis 1947 seront enregistrées en 2022 seulement. Et l’été n’est pas encore fini.

A lire aussi : Vague De Chaleur. Fréquence, lien avec le réchauffement climatique… 4 questions sur les canicules

En termes de durée cumulée, les canicules de ce début d’été 2022 devraient également surpasser celles des étés récents, qui ont déjà été plus affectés par la survenue de ce phénomène que leurs ancêtres.

Les deux canicules de l’été 2003 n’ont duré que 22 jours. Cependant, comme le notait Météo France fin juillet, les deux premières vagues de chaleur de 2022 avaient déjà une durée cumulée de 19 jours. En incluant les vagues d’août, la valeur de 2003 devrait être largement dépassée et contribuer un peu plus à faire de cet été 2022 un été exceptionnel. loin d’eux “nous avions ça avant”.

3 – La barre des 40°C a été dépassée (trop) régulièrement

Ces vagues de chaleur ont à plusieurs reprises fait grimper le mercure au-dessus de 40°C.

Comme l’indique sur Twitter un météorologue niortais, ce seuil symbolique a été dépassé un peu partout en France.

Encore une fois, cela n’a rien d’extraordinaire. Parce qu’autrefois, il était extrêmement rare que les stations atteignent ce bar.

Par exemple, entre 1950 et 1959, les températures sur le réseau principal de Météo France n’ont atteint que deux fois 40°C. Même ampleur pour les années 1960 et 1970, lorsque ces températures supérieures à 40°C étaient également confinées au Sud-Ouest.

See also  Découvrez les sujets de ce jeudi

Depuis le début des années 2000, cependant, ces croisements sont devenus beaucoup plus courants. « De 2000 à 2009, le seuil a été dépassé 105 fois. Entre 2010 et 2019, il a été franchi 129 fois et entre 2020 et 2022 nous l’avons déjà franchi 73 fois en seulement trois ans.liste Christine Berne, climatologue à Météo France.

Les derniers étés ne peuvent donc pas être considérés comme des étés “Ordinaire”. Et l’été 2022 ne fait pas exception.

4 – Une sécheresse sans précédent

Si ce début d’été 2022 ne peut être comparé à ceux du passé, c’est aussi parce que la sécheresse qu’il favorise est sans précédent.

“Au 17 juillet, c’était le plus lourd jamais enregistré, dépassant celui de 1976.”ainsi indiqué fin juillet Météo France.

A lire aussi : “Tout est mort, on avait l’impression d’être dans le désert” : Le récit de la terrible sécheresse de 1976

En effet, presque tous les départements français sont désormais en état d’alerte et les autorités doivent imposer des restrictions d’utilisation de l’eau. La Première ministre Elisabeth Borne a activé une équipe de crise.

Leave a Comment