A 65 jours, le patron du Tour revient en Bigorre

De Loudenvielle à Lourdes, de l’Altiport Peyragudes au parc d’attractions Hautacam, en passant par Castelnau-Magnoac, Christian Prudhomme et Michel Pélieu ont parcouru les temps forts du prochain Tour en Bigorre.

Un guide bien informé en vaut-il deux ? Néanmoins, bien qu’il soit désormais coutumier dans les Hautes-Pyrénées, Christian Prudhomme, le patron du Tour, a beaucoup joué avec son smartphone hier, immortalisant d’abord l’Altiport de Peyragudes, puis les vitrines à la gloire du Tour de France et “Toto “. Magnoac avant de prendre la direction de l’ouest vers Lourdes et Hautacam. Voici, en plein désarroi, les hauteurs du prochain Tour de France où la Grande Boucle pourrait encore se jouer tant les Pyrénées seront la Justice de Paix.

Un mécène du Tour revient pour initier avec les communes l’organisation de ces trois étapes du 20 au 22 juillet (Saint-Gaudens – Altiport de Peyragudes, Lourdes-Hautacam, puis Castelnau-Magnoac-Cahors).

A l’Altiport de Peyragudes, Michel Pélieu a guidé pour la première fois son invité, troquant les effets spéciaux de 007 contre un atterrissage en direct. Preuve que tout ne souffre pas sur ce circuit dévoilé lors de la Petite Reine 2017. “C’est une ligne d’arrivée unique, un sprint au ralenti”, s’est émerveillé Christian Prudhomme, rappelant la réussite de Romain Bardet, actuellement en pleine forme sur les pistes italiennes. Je me souviens du soir où j’étais chez moi en train de regarder des photos aériennes de Peyragudes. J’ai demandé à Michel s’il était possible de relier cet itinéraire à la route. Il m’a rappelé pour me dire que c’était techniquement possible. Cette ligne n’a pas d’équivalent. Elle est juste phénoménale et bien née en 2017.” Et le directeur du tour, pour élargir le champ aux Hautes-Pyrénées : “On a toujours fait des choses originales et incroyables avec tous les élus des Hautes-Pyrénées. Les Hautes -Les Pyrénées sont le seul département dans lequel on ne se demande pas s’il y aura un départ ou une arrivée. Même s’il y a un tour de trois jours, c’est extrêmement rare !” Michel Pélieu au relais : “C’est le rapide succession de cols et leur difficulté qui font la particularité de notre département. Avec ici une arrivée atypique devenue mythique. Pour nous, le Tour est un grand coup de projecteur. De plus, avec le développement de véhicules électriques plus accessibles, le vélo contribue à l’attractivité de le département , mais pas seulement à la montagne. Le long de l’Adour, dans les collines…”

Et ce n’est pas l’escale à Castelnau-Magnoac, interrompue par un repas fermier au Domaine de Barthas, chez la famille Dupont, qui démentira cela. Christian Prudhomme va se planter devant ce village aux couleurs du tour et de son demi de mêlée champion. “On voulait une étape qui mêle rugby et cyclisme. Quand on voit ces vitrines avec des dessins du Tour et d’Antoine, on est dans le sujet. Anne (Cabanne d’HTE) m’a dit qu’elle a très bien travaillé avec le village. C’est très beau et qui prouve la vitalité de cette France, c’est aussi le Tour, un panorama de toute la France.» Alors que s’est-il passé à Hautacam puis à Lourdes où le Tour de France est à nouveau attendu comme le Messie.

Leave a Comment